Search a film or person :
FacebookConnectionRegistration
Laurence Olivier is a Actor, Director, Scriptwriter and Producer British born on 22 may 1907 at Dorking (United-kingdom)

Laurence Olivier

Laurence Olivier
If you like this person, let us know!
Birth name Laurence Kerr Olivier
Nationality United-kingdom
Birth 22 may 1907 at Dorking (United-kingdom)
Death 11 july 1989 (at 82 years) at Ashurst, West Sussex (United-kingdom)
Awards Academy Award for Best Actor

Laurence Kerr Olivier, Baron Olivier, (/ˈlɒrəns ɵˈlɪvi.ɵ/; 22 May 1907 – 11 July 1989) was an English actor, director, and producer. Olivier is generally considered to have been one of the greatest actors of the 20th century.

During a six-decade career, Olivier played many roles on stage and screen. His three Shakespeare films as actor-director, Henry V (1944), Hamlet (1948), and Richard III (1955), are among the pinnacles of the bard at the cinema. On stage his more than 120 roles included Richard III, Macbeth, Romeo, Hamlet, Uncle Vanya, and Archie Rice in The Entertainer. He appeared in nearly sixty films, including William Wyler's Wuthering Heights (1939) and Alfred Hitchcock's Rebecca (1940). He was the founding artistic director of the National Theatre Company in 1963, a post in which he remained for a decade. He had earlier filled the same post at the Old Vic after the Second World War. The largest stage in the National Theatre building was later named after him.

Olivier retired from the stage in 1974, but his work on-screen continued until the year before his death in 1989. For television, he starred in Long Day's Journey into Night (1973), The Merchant of Venice (1973), Cat on a Hot Tin Roof (1976), Brideshead Revisited (1981), and King Lear (1983), among others. His later films for cinema included Joseph L. Mankiewicz's Sleuth (1972), John Schlesinger's Marathon Man (1976), and Franklin J. Schaffner's The Boys from Brazil (1978).

Actor Spencer Tracy stated that Olivier was "the greatest actor in the English-speaking world", and others said he was the best in the world, or that he was the best they would ever see perform. Director Jonathan Miller (who directed Olivier in The Merchant of Venice) warned: "I hope that no actor tries to copy him." Olivier's AMPAS acknowledgments include twelve Oscar nominations, with two wins (for Best Actor and Best Picture for the 1948 film Hamlet), plus two honorary awards including a statuette and certificate. He also won five Emmy Awards from the nine nominations he received. Additionally, he was a three-time Golden Globe and BAFTA winner.

Olivier was the youngest actor to be knighted as a Knight Bachelor, in 1947, and the first to be elevated to the peerage two decades later. He married three times, to actresses Jill Esmond, Vivien Leigh, and Joan Plowright, his widow.



^ Brunskill, Ian (ed.) (2007) Great Lives: A Century in Obituaries, Times Books, p. 435.

^ "Olivier Theatre". National Theatre. Retrieved 25 September 2013.

^ Coleman, Terry (2005). Olivier. New York: Henry Holt and Co. ISBN 0-8050-7536-4.

^ Tracy quoted in By Myself and Then Some by Lauren Bacall. Harper Paperbacks: 2006. pp. 214–15.

^ Gottfried, Martin (2003). Arthur Miller: His Life and Work. South Boston, MA: DaCapo Press. p. 275. ISBN 978-0-306-81214-9.

^ Kustow, Michael (2005). Peter Brook: A Biography. New York, NY: St, Martin's Press. p. 74. ISBN 978-0-312-34034-6.

^ Vermilye, Jerry (2000). The Complete Films of Laurence Olivier. New York, NY: Citadel. p. 271. ISBN 978-0-8065-1302-7.

^ Drayton, Joanne (2008). Ngaio Marsh Her Life in Crime. Harper. ISBN 978-0-00-732868-0.

^ Roy Plomley (25 August 1979). "Desert Island Discs". BBC. Retrieved 1 July 2013.

^ Walker, Andrew (22 May 2007). "The great pretender". BBC. Retrieved 21 January 2011.

^ "Picks and Pans: Pages; Midnight Sweets". People Magazine. Retrieved 25 April 2012.

Biography

Débuts
Laurence Kerr Olivier naît dans le comté de Surrey en Angleterre de Gerard Kerr Olivier (1869-1939), pasteur de l'Église anglicane et de Agnes Louise (née Crookenden) (1871-1920) la sœur cadette de George Pelham Crookenden, haut vicaire anglican. Elle meurt dans de terribles conditions alors que le jeune Laurence n'a que douze ans. Peu de temps après le décès de sa mère, Laurence est inscrit à All Saints' Choir School à Londres et joue son premier rôle — Brutus dans Jules César à l'âge de neuf ans. La grande actrice Ellen Terry (tante de John Gielgud) prédit un grand avenir pour le garçon. L'année suivante il joue Maria dans La Nuit des rois puis Katherina dans La mégère apprivoisée. À treize ans il intègre la Saint Edward's School d'Oxford, où il ne joue qu'un seul rôle, celui de Puck (Le songe d'une nuit d'été). « J'ai très bien joué, au grand dégoût des autres », note Olivier dans son journal.

Il entre à la Central School of Dramatic Art à l'âge de 17 ans, puis rejoint la Birmingham Repertory Company en 1926. Il commence par la figuration. La compagnie effectue beaucoup de tournées en Angleterre notamment à Londres. Au fur et à mesure, Laurence obtient alors des rôles de plus en plus importants, dont le rôle-titre dans l'Oncle Vania de Tchekhov et dans Harold, pièce en vers (trois mille) de Tennyson.

Il évolue ainsi au théâtre mais il n'a pas le choix pour jouer dans les pièces, la plupart ne tiennent la scène que peu de temps. C'est pourtant pour lui l'occasion de jouer une grande variété de rôles. Puis Noel Coward lui propose un second rôle dans sa pièce Private Lives (1930), Olivier proteste, Coward lui répond alors: « Cela vous fera du bien de figurer dans une réussite pour une fois ». Dès lors Olivier joue un rôle important dans Shakespeare pour la première fois en 1937 : Roméo et Juliette, alternant les rôles de Roméo et de Mercutio avec John Gielgud, de trois ans son aîné et déjà vedette. De nombreux critiques condamnent son interprétation, les vers sont récités en prose, la mode à l'époque étant à la déclamation « chantée ». (« Monsieur Olivier ne récite pas incorrectement la poésie : il ne la récite pas du tout. »). Le comédien shakespearien commence alors à se tourner vers le cinéma.

Pendant ce temps, une divulgation fait rage sur les relations très intimes qu'entretient Laurence Olivier. On apprend ainsi que Noël Coward est, selon le journaliste anglais Michael Thornton, son amant, Olivier le fréquente souvent. Le journaliste nomme également, l'acteur Danny Kaye, avec qui la relation est notoire. Il cite aussi les noms de Marlon Brando et de Henry Ainley. Les échos sur l'homosexualité de Sir Laurence font polémique. Les informations distillées par les intimes du comédien tragédien, notamment sa dernière épouse, ses proches et quelques familiers, sont vigoureusement niées par son fils, Tarquin Olivier.


The Old Vic
Olivier sera sociétaire de la troupe de ce théâtre, situé à deux pas de la gare de Waterloo dans une quartier délabré et mal fréquenté, à deux reprises. Il commence par le rôle de Hamlet, son premier vrai succès critique et populaire. Il joue ensuite Sir Toby Belch dans Twelfth Night - plutôt pour s'amuser, selon la critique. L'année suivante il joue Henry V. (« You ARE England! » lui dira Charles Laughton.) Pour terminer la saison the Old Vic Company s'en va présenter Hamlet à Elsinore avec Vivien Leigh dans le rôle d'Ophelia. En 1938 Olivier entreprend deux grands rôles shakespeariens : Macbeth et Coriolanus, très bien reçus par la majorité des critiques : « Un magnifique Macbeth : la voix sonne comme une trompette, avec une splendeur régale. » (The Daily Express). Selon le critique du Daily Telegraph « c'est le seul jeune acteur que nous avons qui se situe dans la grande tradition héroïque ». En juin 1944, Olivier est engagé comme directeur de l'Old Vic, signant un contrat de cinq ans. Son ami et collègue Ralph Richardson et le producteur John Burrell seront ses assistants. Son premier rôle est celui, extrêmement court, du Mouleur de Boutons dans Peer Gynt d'Ibsen, suivi de Sergius dans Arms and the Man de Bernard Shaw et puis le rôle-titre dans Richard III de Shakespeare. Dans ce dernier rôle, il connaît son plus grand succès jusqu'alors. Des années plus tard, il dira : « J'ai senti l'odeur du succès. Elle est comme l'odeur de la mer et des huîtres à Brighton. » Son collègue et rival John Gielgud lui envoie en hommage l'épée portée par Edmund Kean dans ce même rôle. Début 1945, l'Oncle Vanya de Tchekhov est ajouté au répertoire avec Olivier dans le rôle du Docteur Astrov. À la Libération, la troupe part en tournée (Arms and the Man, Peer Gynt, Richard III) visitant Anvers, Bruxelles, Hambourg. Au cours de la saison 1945-46, Olivier jouera dans quatre pièces : Henry IV (1 et 2e parties) où il joue Hotspur et Justice Shallow, rôles relativement mineurs mais qui seront acclamés, et, au cours d'une même soirée, la tragédie de Sophocle Oedipus Rex, suivi du burlesque The Critic de Sheridan. À la fin d'Oedipus Olivier quitte la scène le visage en sang et pousse un cri terrifiant (qu'il a dit plus tard inspiré de l'image d'un animal pris dans un piège). À la fin de chaque représentation il est ovationné et ensuite acclamé dans la rue par des milliers d'admirateurs. La saison se termine par King Lear. Olivier jouit d'un grand succès populaire ; les critiques sont divisés.

Le 14 février, 1948, the Old Vic Company part pour une tournée de dix mois en Australie et Nouvelle-Zélande. Olivier reprend Richard III et ajoute Sir Peter Teazle (dans School for Scandal de Sheridan) à son répertoire. La troupe est acclamée partout mais les choses se gâtent vers la fin du séjour : les relations entre Olivier et Vivien Leigh se détériorent (la dépression de celle-ci empire) ; Olivier est blessé au genou et a recours à des béquilles sur scène et, comble de l'ironie, il reçoit une lettre du comité directeur de l'Old Vic Company le renvoyant de ses fonctions .


Premiers succès au cinéma

Il tourne dans son premier film shakespearien en 1936, As You Like It de Paul Czinner.

Il tourne ensuite dans The Mask of Virtue et rencontre Vivien Leigh avec qui il tourne dans L'Invincible Armada (Fire Over England) d'Alexander Korda (1937). Une liaison secrète naît entre les deux acteurs mariés, qui tourneront deux autres films ensemble (21 Days et That Hamilton Woman). Ils se marient en 1940.

Laurence Olivier interprète alors son premier grand rôle au cinéma, celui d'Heathcliff dans l'adaptation des Hauts de Hurlevent de William Wyler (1939), en Amérique. Pendant le tournage, Wyler et Olivier ne s'entendent pas sur l'interprétation de l'acteur qui tient à conserver ses techniques théâtrales. À la longue, Olivier admet que Wyler a raison et lui restera toujours reconnaissant. Il obtient sa première nomination aux Oscars. Le comédien et le metteur en scène tourneront Carrie ensemble une nouvelle fois, en 1953. Olivier avait été auparavant évincé par Greta Garbo du tournage de La Reine Christine (sorti en 1933) qui lui préfère son ancien amant John Gilbert, au plus bas de sa carrière : cela retardant son explosion au cinéma de plusieurs années, il ne lui pardonnera jamais et refusera quelques années plus tard d'être son Chopin dans la superproduction George Sand de George Cukor - le film sera abandonné, comme tous les projets de retour de "la divine".



Le succès de son Heathcliff lui permet d'obtenir d'autres grands rôles, celui de Maxim de Winter dans Rebecca d'Alfred Hitchcock et celui de M.. Darcy dans Orgueil et Préjugés de Robert Z. Leonard (tous deux en 1940). Acteur de génie, il collectionne les partenaires les plus séduisantes : après la brune et exotique Merle Oberon (il lui aurait préféré Vivien Leigh, qui aurait mieux convenu au rôle de la frémissante Cathy, mais le couple n'avait pas encore assez de poids à Hollywood), l'évanescente et blonde Joan Fontaine et la pétulante rousse Greer Garson, qui avait déjà été la partenaire d'Olivier dans la pièce Golden Arrow à Londres.

La Seconde Guerre mondiale éclate alors et Olivier s'engage dans l'Air Force. Il prend des cours de pilotage et sert deux ans. Il est nommé lieutenant dans la Fleet Air Arm mais ne verra jamais les combats.


Trilogie shakespearienne
C'est Winston Churchill qui demande qu'Olivier soit relâché de la Fleet Air Arm afin de tourner Henry V dans le but de remonter le moral d'un peuple en pleine guerre. Olivier ne pense pas au départ en avoir les compétences nécessaires mais, face au refus de différents réalisateurs, il se décide lui-même à le faire en Irlande. Après un tournage mouvementé (il est derrière la caméra quand un cheval fonce dedans lors d'une reconstitution de la bataille d'Azincourt, le blessant au visage), le film connaît un grand succès. Nommé aux Oscars dans les catégories meilleur film et meilleur acteur, Olivier reçoit finalement un Oscar d'honneur (d'après lui, l'académie ne voulait pas donner ses deux plus grosses récompenses à un étranger).

Il tourne ensuite Hamlet. C'est un rôle qu'il a déjà interprété au théâtre, néanmoins, il se montre moins à l'aise dans son interprétation. Obligé de réduire la durée du film à 2 heures et demie, Olivier doit supprimer des répliques et même des personnages. Le film est néanmoins un succès et Laurence Olivier obtient l'Oscar du meilleur film et celui du meilleur acteur. Jugée trop âgée (ou trop instable), Vivien Leigh est remplacée par la juvénile Jean Simmons.

Vient ensuite l'adaptation de Richard III. Lors du tournage, il est blessé par une flèche, mais heureusement ses principales scènes ont déjà été tournées. Cette fois, il choisit Claire Bloom pour être sa partenaire. Apprécié par la critique, le film sera un échec commercial et financier dû en partie au fait qu'aux États-Unis le film est montré à la TV avant de sortir en salle. Au fil des années et des rediffusions le film obtient un succès d'estime. Le rôle de Richard III est aujourd'hui considéré par beaucoup comme une de ses meilleures performances.

Durant cette période de réalisation, Olivier ne fera que peu d'apparitions dans d'autres films.


Star de l'écran

Jeune premier romantique, Olivier passe naturellement aux rôles plus mûrs et il n'y a pas vraiment de rupture entre Un amour désespéré (1953), face à Jennifer Jones, et Un amour dans les ruines de George Cukor (1975, télévision), où il conte fleurette à Katharine Hepburn, en passant par la comédie Le Prince et la danseuse, où il dirige Marilyn Monroe et Le Verdict en compagnie de Simone Signoret. La rupture à l'écran, il faut plutôt la chercher dans ses collaborations avec Peter Brook (pour une adaptation de Bertolt Brecht), avec Tony Richardson pour Le Cabotin, basé sur la pièce de John Osborne, ainsi que dans le téléfilm A Voyage Round My Father (1984) écrit par John Mortimer, superbe duo avec Alan Bates. Olivier enchaîne les directeurs prestigieux : Stanley Kubrick (Spartacus où il drague Tony Curtis), Otto Preminger, Joseph L. Mankiewicz pour Le Limier (mémorable duel avec Michael Caine), John Schlesinger pour Marathon Man (rôle terrible et mémorable rencontre avec Dustin Hoffman).

À partir des années 60 il enchaîne les superproductions, s'égarant parfois dans des séries B, ne dédaignant ni la comédie ni le film d'action. Outre Nelson et Crassus, il incarne le duc de Wellington, James Moriarty, Abraham Van Helsing, Othello tandis que Maggie Smith est Desdémone, Nicomède, Douglas MacArthur, et même Zeus, le roi des dieux grecs.


Broadway
Olivier paraît pour la première fois à New York en 1933 dans The Green Bay Tree, pièce osée pour l'époque puisqu'elle traitait de l'homosexualité. Le metteur en scène est Jed Harris : Olivier le déteste au point qu'il s'en inspire pour son rôle de Richard III. Il emporte néanmoins un grand succès. En 1940, son expérience est moins heureuse : il produit et met en scène Romeo and Juliet ; Vivien Leigh est sa Juliet mais pour les critiques ce ne sont que des acteurs hollywoodiens et le couple perd tout son argent. En 1957, Olivier joue son grand rôle, Archie Rice dans The Entertainer et triomphe. En 1959, il joue Becket dans la pièce du même nom de Jean Anouilh. Anthony Quinn est Henry II. La critique juge le match entre Olivier et Quinn (qui a peu joué au théâtre) inégal. Quand Quinn doit quitter la production, Olivier prend le rôle du roi. Quinn en est doublement chagriné. En tout, Olivier passera six mois sur Broadway.


Stratford-upon-Avon
Olivier ne fera que deux saisons au Shakespeare Memorial Theatre : en 1955 il est Malvolio (dans La Nuit des rois) et assume le rôle-titre dans Macbeth et Titus Andronicus, ce dernier dans une mise en scène de Peter Brook. « De loin le plus grand acteur du monde », conclura The Times à propos de son Macbeth. Mais c'est dans Titus Andronicus, pièce rarement jouée, qu'Olivier fait le plus grand effet : « un concerto inoubliable de douleur puisée dans les profondeurs du désespoir. » (The Observer). En 1959, Olivier reprend le rôle de Coriolan et connaît un nouveau triomphe auprès des critiques. En 1957, la Shakespeare Memorial Company part en tournée avec Titus Andronicus, se produisant à Paris, Venise, Belgrade, Zagreb, Vienne, Warsaw. Au théâtre Sarah Bernhardt à Paris, la pièce est donnée dix fois. Un des membres de la troupe raconte comment, lors d'une représentation réservée aux acteurs, le public s'est levé spontanément pour ovationner Olivier à la fin du monologue "The sea", chose inouïe au théâtre au vingtième siècle.


The Royal Court

Olivier est le premier acteur de sa génération à avoir risqué sa réputation dans ce théâtre se spécialisant dans les pièces d'avant-garde. En 1959, il entreprend de jouer Archie Rice, un comique de music hall médiocre, dans The Entertainer de John Osborne. Il chante, danse, raconte de mauvaises blagues tout en étant conscient de son échec. « La réalité et les mensonges du théâtre étaient le fonds même de cette interprétation. C'était la personnification d'un théâtre mourant, voire d'une société mourante. C'était également celle du désespoir et de la souffrance d'un homme dont l'impact était non moins grande du fait qu'il s'agissait d'un comique médiocre plutôt que d'un roi shakespearien. »


Télévision
Olivier débute à la télévision anglaise en novembre 1958 dans John Gabriel Borkman d'Ibsen. Cette pièce lente et sombre est, du point de vue audience, un désastre. La même année, à New York, Olivier réussit bien mieux dans The Moon and Sixpence d'après le roman de Somerset Maugham. « Un superbe artiste dont l'incarnation d'un héros à la Gauguin est d'un magnétisme jusqu'ici inconnu à la télévision » (New York Times). En 1961, toujours à New York, il joue de façon remarquable le prêtre alcoolique dans The Power and the Glory d'après Graham Greene. Ce n'est qu'à la suite de sa très grave maladie en 1974 qu'Olivier se consacre de façon régulière au petit écran. En 1976-77, il met en scène six pièces du XX siècle de son choix, notamment La Collection de Pinter, où Olivier est « d'une subtilité toute en demi-teintes » (The Observer) et La Chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams, où il étonne ses collègues par son énergie apparemment intacte. Ces productions ont été conservées sur DVD ainsi que trois productions, tournées entre 1981 et 1983, peut-être plus géniales encore : Retour à Brideshead d'après Evelyn Waugh, A Voyage Round My Father de John Mortimer et le rôle-titre dans King Lear. La puissance de son jeu dans le rôle de Lear étonne les critiques, et plus d'un avoue avoir pleuré avec Lear lors de la mort de Cordelia. Dans la pièce de Mortimer, Olivier joue un ancien avocat aux idées bien arrêtées qui fait semblant d'ignorer qu'il est aveugle depuis des années.


Consécration d'une carrière

Olivier devient l'un des fondateurs du Royal National Theatre de Grande-Bretagne qu'il dirige de 1962 à 1973. Il met en scène L'Oncle Vania de Tchekhov, où il joue le rôle du Docteur Astrov (1963) et joue le rôle principal dans Othello et Solness le Constructeur d'Ibsen (1964), ainsi que dans A Long Day's Journey into Night d’Eugene O'Neill (1971), le Capitaine Edgar dans La Danse de la Mort de Strindberg (1967) et Shylock dans The Merchant of Venice (1970). Il avait aussi fondé et dirigé le Chichester Festival Theatre de 1962 (premières représentations de L'Oncle Vania dans une mise en scène d'Olivier) à 1966. En septembre 1965, Olivier emmène sa troupe à Moscou, où elle présente trois pièces, dont Othello, au Théâtre Kremlevsy à l'intérieur du Kremlin. À la fin de la représentation d'Othello, le public se rue vers la scène jetant des bouquets de fleurs aux acteurs.

En 1970, il est fait pair à vie et créé baron. Il continue aussi à jouer dans des adaptations cinématographiques de pièces de théâtre, comme dans Othello (1965) ou Les Trois Sœurs (1970). Le départ d'Olivier du National Theatre en 1973 est sujet à controverses. Un nouveau théâtre est en construction sur la rive gauche de la Tamise et il aurait été normal qu'Olivier ait pu y installer sa troupe, malgré sa santé et la charge de travail que représente la poste de directeur. Olivier lui-même prétend que son successeur, Peter Hall, et le comité directeur ont manigancé pour le renvoyer. Peter Hall prétexte les délais de construction. Toujours est-il que si Olivier met en scène East of Eden de J.B Priestley dans l'auditorium qui porte son nom dans le nouveau théâtre, il ne paraîtra jamais sur scène sauf pour un discours lors de l'inauguration du théâtre.

Il est alors à un tournant de sa carrière et de sa vie ; frappé par les conséquences d'un cancer de la prostate (à partir de 1967 il multiplie bronchites, pneumonies, amnésies), il se rend compte que ses rôles ne l'ont jusqu'ici pas mis à l'abri du besoin lui et sa famille. Il avait épousé le 17 mars 1961 Joan Plowright à Wilton dans le Connecticut. Ils ont eu depuis un fils, Richard Kerr Olivier (né le 3 décembre 1961), et deux filles, Tamsin Agnes Margaret Olivier (née le 10 janvier 1963) et Julie-Kate Olivier (née le 26 janvier 1966). Laurence Olivier avait eu, d'un premier mariage avec Jill Esmond, un autre fils : Tarquin Olivier, né le 21 août 1936. À partir des années 1970, il se met à multiplier les apparitions au cinéma et à la télévision, à des fins purement financières. Cependant, en 1974, il est atteint d'une grave maladie, la dermatopolymyosite (maladie auto-immunitaire qui entraîne la détérioration de tous les muscles du corps), dont il manque de mourir. Le rôle du Docteur Szell dans Marathon Man de John Schlesinger, tourné en 1975, marquera son retour au cinéma. Il ne paraîtra plus sur scène en tant qu'acteur.

Laurence Olivier meurt à son domicile d'Ashurst dans le West Sussex, d'une insuffisance rénale, le 11 juillet 1989, à l'âge de 82 ans. Il a été enterré à Steyning dans le West Sussex. Ses cendres reposent dans le Poets' Corner de l'Abbaye de Westminster.


L'acteur mythique
Par sa fougue et son goût du risque, Laurence Olivier électrisait le public : pour s'en convaincre, il suffit de se rappeler sa plongée sur Claudius dans le film Hamlet ou, plus dangereuse encore, la chute qu'il fait, tête en bas, du haut d'une plate-forme de quatre mètres, en interprétant le rôle de Coriolan.
Si, selon Olivier lui-même, les yeux sont l'atout le plus précieux d'un acteur, d'après le critique Kenneth Tynan c'est sa voix qui « reste à tout jamais dans la mémoire de ceux qui l'ont entendue à son mieux. Elle résonne claire et barbare à travers la vallée des siècles comme l'appel du cor de chasse ». Son sens de l'observation et sa capacité d'aller au tréfonds de lui-même, alliés à un perfectionnisme aigu, lui ont permis de créer des personnages frappants de vérité et d'intensité. Il avait également le don rare de pouvoir se transformer totalement, paraissant tantôt grand et fort, tantôt petit et maigrichon à souhait. Dans la vie de tous les jours, grâce à ce don, il a toujours pu passer inaperçu.

Best films

Spartacus (1960)
(Actor)
Sky Captain and the World of Tomorrow (2004)
(Actor)
Clash of the Titans (1981)
(Actor)
Marathon Man (1976)
(Actor)
Rebecca (1940)
(Actor)
49th Parallel (1941)
(Actor)

Usually with

Source : Wikidata

Filmography of Laurence Olivier (78 films)

Display filmography as list

Actor

Sky Captain and the World of Tomorrow, 1h46
Directed by Kerry Conran
Origin USA
Genres Science fiction, Thriller, Action, Adventure
Themes Films about Tibet, Transport films, Aviation films, Superhero films, Steampunk films, Alternate history films, Robot films
Actors Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie, Jude Law, Laurence Olivier, Giovanni Ribisi, Michael Gambon
Roles Dr. Totenkopf
Rating60% 3.048823.048823.048823.048823.04882
In a technologically advanced 1939, the zeppelin Hindenburg III arrives in New York City, mooring atop the Empire State Building. Aboard the airship is Dr. Jorge Vargas (Julian Curry), a scientist who arranges for a package containing two vials to be delivered to Dr. Walter Jennings (Trevor Baxter). Moments later, as the courier looks back while leaving with the vials, Dr. Vargas is nowhere to be seen.
Ernest Goes to School, 1h29
Origin Canada
Genres Drama, Comedy
Themes Films about education
Actors Jim Varney, Linda Kash, Bill Byrge, Sarah Chalke, Laurence Olivier, Gabe Khouth
Roles Janitor Lou
Rating47% 2.3502152.3502152.3502152.3502152.350215
Ernest (Jim Varney) works as a janitor at Chickasaw Falls High School, which is facing closure due to the School Board's decision to merge other schools in the area. There is also a new rule: All employees are required to have graduated. Ernest never did.
War Requiem, 1h32
Directed by Derek Jarman
Origin United-kingdom
Genres Drama, War
Actors Laurence Olivier, Tilda Swinton, Nathaniel Parker, Sean Bean, Patricia Hayes, Nigel Terry
Roles The Old Soldier
Rating66% 3.3460253.3460253.3460253.3460253.346025
Sans utiliser de dialogue et seulement la pièce musicale de Benjamin Britten, War Requiem se veut une réflexion poétique autour des horreurs de la guerre, en s'axant principalement autour de la Première Guerre mondiale et des poèmes de Wilfred Owen, à travers les souvenirs d'un vieux soldat en fauteuil roulant.
Peter the Great (miniseries), 6h11
Directed by Marvin J. Chomsky, Lawrence Schiller
Origin USA
Genres Drama, War, Historical
Actors Maximilian Schell, Vanessa Redgrave, Jan Niklas, Ursula Andress, Omar Sharif, Laurence Olivier
Roles King William III of Orange
Rating80% 4.0323454.0323454.0323454.0323454.032345
Russia at the dawn of the 18th century—a vast, chilling mysterious land, medieval in its character. A country led by a man whose curious, questing spirit is eager to learn all that is new. A monarch who brings his feudal country "kicking and screaming" into the modern world. A shrewd tsar and a visionary. Statesman, sailor, and shipbuilder. Military leader. A husband and a father. A man who dared to dream the impossible dream, and succeeded.
Wild Geese II, 2h5
Directed by Peter Hunt
Origin United-kingdom
Genres Drama, Thriller, Action
Actors Scott Glenn, Barbara Carrera, Edward Fox, Laurence Olivier, Robert Webber, Kenneth Haigh
Roles Rudolf Hess
Rating48% 2.4099052.4099052.4099052.4099052.409905
London 1982 As the only surviving Nazi leader in captivity, Rudolf Hess (Laurence Olivier) has secrets that could destroy the careers of prominent political figures, secrets an international news network will pay any price to get.
The Bounty
The Bounty (1984)
, 2h12
Directed by Roger Donaldson
Origin United-kingdom
Genres Drama, Action, Adventure, Historical
Themes Seafaring films, Transport films
Actors Mel Gibson, Anthony Hopkins, Laurence Olivier, Edward Fox, Daniel Day-Lewis, Liam Neeson
Roles Admiral Hood
Rating70% 3.5483253.5483253.5483253.5483253.548325
The film is set as flashbacks from the court martial at Greenwich of Commanding Lieutenant William Bligh (Anthony Hopkins) for the loss of HMS Bounty to mutineers led by his friend Fletcher Christian (Mel Gibson) during its expedition to Tahiti to gather breadfruit pods for transplantation in the Caribbean.
Terror in the Aisles, 1h24
Origin USA
Genres Thriller, Fantastic, Documentary, Anthology film, Horror
Themes Films about films, Documentary films about business, Documentary films about the film industry, Documentary films about films
Actors Donald Pleasence, Nancy Allen, Bud Abbott, Michael Ironside, Fred Asparagus, Brooke Adams
Rating63% 3.1992553.1992553.1992553.1992553.199255
Director Andrew J. Kuehn has excerpted brief segments of terror and suspense in a wide variety of suspenseful (including humorously so, ex. Abbott & Costello Meet Frankenstein, Saturday the 14th) films and strung them together with added commentary, as well as some enacted narrative, to create a compilation of fright-inducing effects. Halloween actor Donald Pleasence and Dressed to Kill star Nancy Allen provide the commentary on topics such as "sex and terror" (Dressed to Kill, Klute, Ms. 45, The Seduction, When a Stranger Calls), loathsome villains (Dracula, Frankenstein, Friday the 13 1 and/or 2, Halloween I and II, Marathon Man, Nighthawks, The Texas Chain Saw Massacre, Touch of Evil, Vice Squad, Wait Until Dark, What Ever Happened to Baby Jane?), "natural terror" (Alligator, The Birds, Frogs, Jaws 1 and 2, Nightwing) and the occult (An American Werewolf in London, Rosemary's Baby, The Exorcist, The Omen, Carrie, The Shining). In one segment of the anthology, legendary filmmaker Alfred Hitchcock presents his concepts of how to create suspense in a clip from Alfred Hitchcock: Men Who Made The Movies.
The Jigsaw Man, 1h31
Directed by Terence Young, Peter Hunt
Origin United-kingdom
Genres Thriller, Spy
Themes Spy films, Political films
Actors Michael Caine, Laurence Olivier, Susan George, Robert Powell, Charles Gray, Michael Medwin
Roles Adm. Sir Gerald Scaith
Rating53% 2.6547952.6547952.6547952.6547952.654795
Sir Philip Kimberly, the former head of the British Secret Service who defected to Russia, is given plastic surgery and sent back to Britain by the KGB to retrieve some vital documents. With the documents in hand, he instead plays MI6 and the KGB off against each other.
Inchon
Inchon (1982)
, 1h45
Directed by Terence Young
Origin USA
Genres Drama, War, Historical
Themes Politique, Political films
Actors Laurence Olivier, Jacqueline Bisset, Ben Gazzara, Toshiro Mifune, Richard Roundtree, David Janssen
Roles Gen. Douglas MacArthur
Rating28% 1.443771.443771.443771.443771.44377
The film depicts the Battle of Inchon during the Korean War, which took place September 15–19, 1950 and is considered the turning point of the war. The protagonist of the film is General Douglas MacArthur (Laurence Olivier), who led the United States surprise amphibious landing at Incheon in 1950. A subplot in the film involves an American couple who encounter difficulties in their relationship because of the ongoing war.
Clash of the Titans, 1h58
Directed by Desmond Davis
Origin USA
Genres Science fiction, Fantastic, Fantasy, Action, Adventure, Peplum
Themes Films about magic and magicians, Films based on mythology, Giant monster films, Films based on Greco-Roman mythology, Dans la Grèce mythologique, Children's films, Robot films, Disaster films, Films based on Greco-Roman mythology
Actors Harry Hamlin, Laurence Olivier, Judi Bowker, Maggie Smith, Ursula Andress, Burgess Meredith
Roles Zeus
Rating68% 3.4493.4493.4493.4493.449
King Acrisius of Argos (Donald Houston) imprisons his daughter Danaë (Vida Taylor), jealous of her beauty. When the god Zeus (Laurence Olivier) impregnates her, Acrisius sends his daughter and his newborn grandson Perseus to sea in a wooden coffin. In retribution, Zeus kills Acrisius and orders Poseidon (Jack Gwillim) to release the last of the Titans, a gigantic sea monster called the Kraken, to destroy Argos. Meanwhile, Danaë and Perseus safely float to the island of Seriphos, where Perseus grows to adulthood.
The Jazz Singer, 1h55
Directed by Richard Fleischer, Sidney J. Furie
Origin USA
Genres Drama, Musical, Romance
Themes Films about music and musicians, Films about religion, Théâtre, Musical films, Films about Jews and Judaism, Films based on plays
Actors Laurence Olivier, Neil Diamond, Lucie Arnaz, Catlin Adams, Franklyn Ajaye, Paul Nicholas
Roles Cantor Rabinovitch
Rating58% 2.900632.900632.900632.900632.90063
In New York City, Jess Robin (Neil Diamond), whose real name is Yussel Rabinovitch, is an Orthodox Jewish cantor performing at the synagogue of his imperious father Cantor Rabinovitch (Laurence Olivier). Yussel is married to his childhood sweetheart Rivka (Catlin Adams) and has settled down to a life of religious devotion to the teaching of his faith; as a sideline, he writes songs for a black vocal quartet, "The Four Brothers". One night after Maariv, Yussel is recruited by the group to cover for one of the members who is in trouble with the law and must wear blackface and an Afro wig as it is a strictly all-black venue. The group performs "You Baby" and the engagement is a success, but an audience member (Ernie Hudson) notices that Yussel's hands are white, sparking a riot in which the band is arrested. Cantor Rabinovitch goes to the jail to bail them out but finds there is not a Yussel Rabinovitch there, only a Jess Robin. Yussel explains his use of a stage name, but his father informs him that his singing voice is to be used for God's purposes, not his own. Yussel/Jess decides to relent and do whatever his father wants, at least for now.