Search a film or person :
FacebookConnectionRegistration
Alain Resnais is a Actor, Director, Scriptwriter, Assistant Director and Editor French born on 3 june 1922 at Vannes (France)

Alain Resnais

Alain Resnais
If you like this person, let us know!
Birth name Alain Pierre Marie Jean Georges Resnais
Nationality France
Birth 3 june 1922 at Vannes (France)
Death 1 march 2014 (at 91 years) at Paris (France)

Alain Resnais ([alɛ̃ ʁɛnɛ]; born 3 June 1922) is a French film director whose career has extended over more than six decades. After training as a film editor in the mid-1940s, he went on to direct a number of short films which included Night and Fog (1955), an influential documentary about the Nazi concentration camps.

He began making feature films in the late 1950s and consolidated his early reputation with Hiroshima mon amour (1959), Last Year at Marienbad (1961), and Muriel (1963), all of which adopted unconventional narrative techniques to deal with themes of troubled memory and the imagined past. These films were contemporary with, and associated with, the French New Wave (nouvelle vague), though Resnais did not regard himself as being fully part of that movement. He had closer links to the "Left Bank" group of authors and filmmakers who shared a commitment to modernism and an interest in left-wing politics. He also established a regular practice of working on his films in collaboration with writers usually unconnected with the cinema, such as Marguerite Duras, Alain Robbe-Grillet and Jorge Semprún.

In later films Resnais moved away from the overtly political topics of some previous works and developed his interests in an interaction between cinema and other cultural forms, including theatre, music, and comic books. This led to imaginative adaptations of plays by Alan Ayckbourn, Henri Bernstein and Jean Anouilh, as well as films featuring various kinds of popular song.

His films have frequently explored the relationship between consciousness, memory, and the imagination, and he is noted for devising innovative formal structures for his narratives. Throughout his career he has won many awards from international film festivals and academies.

Biography

Apprentissage
Alain-Pierre-Marie-Jean-Georges Resnais naît en 1922 à Vannes. Issu d'une famille cultivée (son père, Pierre, pharmacien de profession, fut également maire de Treffléan de 1934 à 1962), il est sensibilisé très tôt à toutes les formes d'art. À cause d'un asthme bronchique il fait au début ses études scolaires en privé à la maison. Plus tard, il effectuera des études préparatoires au lycée Saint François-Xavier de Vannes. À 12 ans, il se voit offrir une caméra Kodak 8 mm avec laquelle il tourne des courts métrages amateurs dont une adaptation de Fantômas. Outre le cinéma, il se passionne pour la photographie, la peinture, la bande dessinée et la littérature.

Il désire d'abord être acteur et déménage à Paris en 1939. Il devient l'assistant de Georges Pitoëff au théâtre des Mathurins, fréquente le Cours Simon et est notamment figurant dans Les Visiteurs du soir. Il n'a pas le bac et travaille comme stagiaire dans une librairie quand la monteuse Myriam Borsoutsky lui conseille de passer le concours de l'IDHEC. Lors de l'examen oral, il a pour examinateurs l'écrivain Alexandre Arnoux, à qui il voue une grande admiration, et le critique Jean Mitry, avec qui il parle longuement du cinéma muet et du cinéma allemand. Il est admis à l'IDHEC en 1943 dans la section montage. En 1946, en Allemagne, il participe au Théâtre aux Armées sous la direction d'André Voisin. La même année, il est assistant-réalisateur sur le long métrage documentaire Paris 1900 .

Sa carrière de réalisateur professionnel commence avec Van Gogh, en 1948, un court métrage documentaire produit par Pierre Braunberger, récompensé à la Biennale de Venise et aux Oscars. Il tourne ensuite plusieurs documentaires durant une dizaine d'années. Les thèmes abordés sont très variés : la guerre d'Espagne vue par Picasso dans le court métrage Guernica en 1950, ou l'usine Pechiney. Le prix Pulitzer de la cinématographie lui est décerné le 24 juin 1954.

Les courts métrages de Resnais impressionnent la critique. Par exemple, après la projection du Chant du styrène au Festival de Tours 1958, Jean-Luc Godard, alors critique de cinéma dans l'hebdomadaire Arts, est enthousiaste. Il y voit un film « olympien, d'une gravité sans égale ». Contemporain de la Nouvelle Vague, Alain Resnais est rapidement apparenté au groupe de la « Rive gauche », très engagé, dont font partie Chris Marker avec lequel il co-réalise le film anticolonialiste Les statues meurent aussi (prix Jean-Vigo 1954) et Agnès Varda dont il monte La Pointe-Courte, le premier long métrage. En 1956, il obtient à nouveau le Prix Jean-Vigo pour Nuit et Brouillard, produit par Anatole Dauman et devenu depuis, grâce à Henri Michel, qui en avait pris l'initiative et en était le conseiller historique, un film de référence sur les camps d'extermination.


Longs métrages
Resnais réalise son premier long métrage de fiction, Ouvert pour cause d'inventaire, film qui ne sortira pas en salles et serait aujourd'hui perdu, avec Danièle Delorme dans le rôle principal et une équipe bénévole. Il le décrit en 2006 comme un film « fait pour être projeté à douze personnes ».

En 1959, il met en scène son deuxième film de fiction, financé par Dauman et écrit par Marguerite Duras : Hiroshima mon amour. Le film est présenté hors compétition au Festival de Cannes 1959 et divise d'emblée les spectateurs. Dès la fin de la projection, le président du jury, Marcel Achard, s'exclame tout haut : « C'est de la merde ! » tandis qu'un autre juré, Max Favalelli, lui rétorque : « Non, c'est l'œuvre d'un authentique génie. » Le film a un retentissement mondial : il est apprécié à la fois par la critique et le public. Selon Louis Malle, « ce film fait faire un bond dans l'histoire du cinéma ». Godard déclare plus tard être jaloux du film : « Je me souviens avoir été très jaloux de Hiroshima mon amour. Je me disais : « ça c'est bien et ça nous a échappé, on n'a pas de contrôle là dessus ».




L'œuvre déconstruit les concepts classiques du récit cinématographique et expose, de manière novatrice, la problématique de la mémoire et du temps perdu. Elle évoque également les traumatismes de la Seconde Guerre mondiale. Avec 2,2 millions d'entrées en France, elle est un immense succès. Hiroshima obtient d'ailleurs, en 1959, le prix Méliès ex æquo avec un autre film qui, comme lui, connaît un succès fulgurant et devient immédiatement un classique du cinéma : Les Quatre Cents Coups de François Truffaut.

Deux ans plus tard, Resnais fait de nouveau sensation avec L'Année dernière à Marienbad, cinéroman créé en compagnie d'Alain Robbe-Grillet. Le réalisateur opte pour le noir et blanc et le décor intérieur d'un château hors du temps où déambulent des personnages fantomatiques. Il commence à affirmer un style teinté de surréalisme et de distanciation brechtienne. Son désir d'élaborer une forme expérimentale y est aussi réaffirmé. Si une partie de la critique vante sa puissance créatrice, une autre lui reproche son abstraction, son hermétisme et son manque de profondeur politique dans une période qui ne l'est pas (les années 1960). Néanmoins, on retrouve souvent, dans les films de Resnais un engagement social et politique et un goût de l'histoire récente (le colonialisme, la guerre d'Algérie, etc.). En 1960, il est par ailleurs l'un des signataires du Manifeste des 121, titré « Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie », et Hiroshima prenait la bombe atomique et la Collaboration en toile de fond. L'Année dernière à Marienbad, qui révèle l'actrice Delphine Seyrig, est un grand succès : le public est encore au rendez-vous et le film réalise 880 000 entrées en France.

Le schéma de réception critique reste, à quelques exceptions près, le même pour chaque film : si l'œuvre du cinéaste fascine, elle en irrite certains. Michel Mourlet, par exemple, dénonce le fait que, « l'objet le plus anecdotique se trouve sur le même plan que le plus important ». Il y voit un « esthétisme académique et vide ». À propos de L'Année dernière à Marienbad et d'Hiroshima mon amour, il écrit : « Aucune connaissance de l'acteur, aucun empire sur le décor, les éléments, aucun sens du récit, rien que de pauvres petits essais d'intellectuels qui jouent gravement à faire du cinéma. »

Muriel, ou le Temps d'un retour (1963), scénarisé par Jean Cayrol, traite de la torture pendant la guerre d'Algérie. Le film rassemble moins de spectateurs que les précédents (430 000 entrées).

La guerre est finie (1966), écrit par Jorge Semprún, raconte l'histoire d'un militant communiste interprété par Yves Montand, évoluant dans un réseau républicain, sur fond de guerre d'Espagne et d'anti-franquisme.

En 1967, il participe au film collectif Loin du Vietnam, coordonné par son ami Chris Marker en solidarité avec le peuple vietnamien. Plutôt que de filmer des images documentaires réalisées sur les lieux du conflit ou aux États-Unis, Alain Resnais préfère capter les réflexions d'un intellectuel parisien, interprété par Bernard Fresson, sur cette guerre et son caractère éminemment médiatique. Ce projet, profondément politique, n'attire pas un public nombreux (60 000 entrées en France).

En 1968, avec Je t'aime, je t'aime, écrit par Jacques Sternberg, Alain Resnais réalise un film d'une grande modernité sur le plan de la construction et de la mise en image d'une temporalité éclatée.

Stavisky, en 1974, revient sur l'un des plus gros scandales financiers de la Troisième République. Optant pour un cinéma plus commercial et choisissant une vedette populaire (Jean-Paul Belmondo), le réalisateur prolonge néanmoins ses recherches plastiques et sa réflexion sur l'histoire. Le film rassemble un million de spectateurs en salles.

En 1977, Alain Resnais décrit le processus de la création littéraire dans Providence, d'après le scénario du dramaturge britannique David Mercer. Mêlant délire, fantasme et réalité prosaïque, Providence, hommage à l'écrivain H.P. Lovecraft, est interprété, en anglais, par des comédiens anglo-saxons (Dirk Bogarde, Ellen Burstyn et David Warner). Il brosse le portrait d'un écrivain vieillissant tirant le fil de sa vie et de ses personnages comme des marionnettes. Le film se conçoit comme une mise en abyme du récit et un questionnement dense sur la création artistique. Il réalise 650 000 entrées en France.

Avec Mon oncle d'Amérique, écrit par Jean Gruault, Resnais met de manière didactique en application, à travers le parcours de trois personnages issus de milieux sociaux différents, les thèses anthropologiques du scientifique Henri Laborit. Celles-ci sont exposées, de manière ponctuelle, face caméra. Le film remporte un grand succès public avec 1,3 million d'entrées en France.

À partir des années 1980, le cinéaste s'entoure pour La Vie est un roman, L'Amour à mort et Mélo, d'un nouveau trio d'acteurs qui ne le quitte plus : Sabine Azéma, Pierre Arditi et André Dussollier. Ces trois films sont également interprétés par Fanny Ardant. Si la première de ces trois réalisations explore différentes temporalités par le prisme d'un lieu unique (un château devenu école), les deux autres marquent une rupture par le choix d'une structure linéaire, mais aussi par leur tonalité intimiste et sépulcrale. Elles rencontrent un succès mitigé : La Vie est un roman attire 300 000 spectateurs en France, L'Amour à mort 350 000 et Mélo 550 000.

Produit par Marin Karmitz, I Want to Go Home, qui rend hommage à l'univers de la bande dessinée et dont le scénario est signé de l'auteur américain Jules Feiffer, reste le plus gros échec commercial du réalisateur : le film totalise, en 1989, 40 878 entrées.



Dans les années 1990, Alain Resnais s'ouvre à de nouvelles collaborations, avec le duo de scénaristes-acteurs Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui puis touche un plus large public, développant l'aspect ludique de son cinéma.

En 1993, il revisite le théâtre avec une adaptation de huit pièces d'Alan Ayckbourn (Intimate Exchanges) : Smoking / No Smoking, diptyque sur les possibles de l'existence dans lequel Sabine Azéma et Pierre Arditi jouent neuf rôles. Les films réalisent respectivement 400 000 et 350 000 entrées en France.



Il s'essaie à la comédie musicale avec On connaît la chanson en 1997, qui fait intervenir, dans des dialogues issus de situations quotidiennes, le répertoire de la chanson populaire. Contrairement aux comédies musicales classiques, les acteurs ne chantent pas et ce sont les interprétations originales des chansons qui sont synchronisées sur leurs lèvres. Ce principe a déjà été expérimenté à la télévision anglaise par Dennis Potter (1935-1994) auquel Alain Resnais rend hommage dans le générique. À la différence de Potter, le cinéaste n'introduit que des extraits de chansons, et jamais l'intégralité des titres. De plus, il ne fait pas danser ses personnages lors des plages musicales. Écrit par le tandem Jaoui / Bacri, le scénario prend pour thèmes la dépression et les faux-semblants. Il s'apparente au théâtre de boulevard et l'humour repose sur une série de quiproquos et de malentendus. Le film est un immense succès public et le plus important de son réalisateur avec 2,6 millions d'entrées en France. Il est également exporté et totalise 3,3 millions d'entrées dans l'ensemble de l'Union européenne. Ce film est par ailleurs l'un des plus grands succès critiques du cinéaste.

En 2003, Resnais s'attaque à l'opérette avec Pas sur la bouche. Le ton enjoué et grivois s'y veut proche des films burlesques et du vaudeville. Avec 640 000 entrées, le film est un succès public.

En 2006, Cœurs dépeint la solitude de personnes égarées dans un Paris onirique, enneigé et tragi-comique. Le film est un succès avec 540 000 entrées enregistrées en France.

Les Herbes folles (2009), tiré d'un roman de Christian Gailly, est une histoire d'amour démentielle qui se situe ouvertement du côté de la fantaisie dramatico-bouffonne. Bien que déroutant et touffu, le film, qui divise la critique, trouve son public et totalise 460 000 entrées.

En 2012, Resnais sort Vous n'avez encore rien vu qui narre la convocation post mortem, par un auteur dramatique, de sa troupe d'acteurs fétiches dans une villégiature du Sud de la France où elle sera amenée à juger la captation de sa pièce de théâtre Euridyce que lui a envoyée une troupe de théâtre qui lui demande l'autorisation de la monter. Le titre du film est un hommage à l'acteur Al Jolson qui avait créé, en 1919, une chanson intitulée Vous n'avez encore rien entendu, et qui réutilise l'expression You ain't heard nothin' yet dans Le Chanteur de jazz (1927), premier long métrage partiellement parlant de l'histoire du cinéma. L'idée du scénario vient du producteur Jean-Louis Livi qui a suggéré à Resnais de faire un film à partir d'Eurydice. La réalisation s'inspire également d'une autre pièce de Jean Anouilh intitulée Cher Antoine ou l'Amour raté. À côté des acteurs fétiches de Resnais, on trouve aussi des acteurs habitués des films de Bruno Podalydès (Bruno et Denis Podalydès, Jean-Noël Brouté, Michel Vuillermoz) ou issus de l'univers d'Arnaud Desplechin (Mathieu Amalric, Hippolyte Girardot, Anne Consigny). Le succès en salles est moins important que pour ses films précédents (155 000 entrées en France). Le film provoque d'ailleurs des réactions contrastées au sein de la critique.

Son ultime réalisation, Aimer, boire et chanter, dans laquelle il dirige deux nouvelles interprètes, Sandrine Kiberlain et Alba Gaïa Bellugi, en plus de sa troupe (Caroline Silhol, elle, avait joué dans La vie est un roman), sort quelques semaines après son décès, le 26 mars 2014. Le film, conçu comme un vaudeville énergique, mélancolique et novateur, réunit 312 186 spectateurs en salles.

Alain Resnais « était en train de préparer, avec moi, un autre film dont il avait écrit le premier scénario » a indiqué le producteur Jean-Louis Livi à la suite de l'annonce de sa disparition.



Décès

Hospitalisé depuis plus d'une semaine, il meurt le samedi 1er mars 2014 à Neuilly-sur-Seine à l'âge de 91 ans. Ses obsèques ont lieu le lundi 10 mars 2014 à Paris, à l'église Saint-Vincent-de-Paul, en présence de nombreuses personnalités du spectacle parmi lesquelles plusieurs de ses acteurs fétiches. Il est inhumé le même jour au cimetière du Montparnasse à Paris. À l'annonce de sa disparition, nombre d'artistes évoquent leurs souvenirs du cinéaste. De nombreux hommages, dont ceux du président de la République François Hollande et de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, lui sont rendus. À l'UGC Normandie, sur les Champs-Élysées à Paris, l'avant-première officielle de son dernier film Aimer, boire et chanter, le jour même de ses obsèques, se double d'un rassemblement en sa mémoire auquel assistent François Hollande et Aurélie Filippetti.

En mai 2014, peu après l'hommage rendu au cinéaste par Lambert Wilson lors de la Cérémonie d'ouverture du 67e Festival de Cannes, le Carrosse d'or de la Quinzaine des réalisateurs lui est remis à titre posthume pour l'ensemble de son œuvre.

Best films

Stavisky (1974)
(Director)
The War Is Over (1966)
(Director)
You Ain't Seen Nothin' Yet (2012)
(Director)
Same Old Song (1997)
(Director)
My American Uncle (1980)
(Director)

Usually with

Source : Wikidata

Filmography of Alain Resnais (49 films)

Display filmography as list

Actor

Sign of the Lion, 1h43
Directed by Éric Rohmer
Origin France
Genres Drama, Comedy-drama
Actors Jess Hahn, Paul Crauchet, Michèle Girardon, Stéphane Audran, Christian Alers, Françoise Prévost
Roles un consommateur
Rating72% 3.643923.643923.643923.643923.64392
Pierre (Jess Hahn) is an American-born, 39-year-old bohemian and aspiring composer living in Paris. One morning he receives a telegram informing him that his wealthy aunt has died. Assuming that he has inherited her factories in Germany and Switzerland, he throws a lavish party with his friend Jean-Francois (Van Doude), a reporter for Paris-Match. Pierre borrows large sums of money, believing that he'll be able to pay everyone back with his inheritance; however, he soon discovers that his aunt left everything to his cousin. Penniless and abandoned by his friends, he soon finds himself homeless.
Les Visiteurs du Soir, 2h
Directed by Marcel Carné
Origin France
Genres Drama, Fantastic, Fantasy, Romance
Themes Films about religion, Demons in film
Actors Arletty, Jules Berry, Marie Déa, Marcel Herrand, Fernand Ledoux, Roger Blin
Roles un page
Rating72% 3.6444153.6444153.6444153.6444153.644415
In May 1485 two of the devil's envoys, Gilles (Alain Cuny) and Dominique (Arletty), arrive at the castle of Baron Hugues (Fernand Ledoux) on the night of a celebration for his daughter's engagement. The Baron's daughter, Anne (Marie Déa), is set to marry Renaud (Marcel Herrand), a warlord who prefers talking about battle more than reciting love poems. Disguised as traveling minstrels, Gilles and Dominique enter the castle and use their powers of enticement to ruin the upcoming nuptials. Gilles seduces the innocent Anne, while both the Baron and Renaud become bewitched with Dominique. But, when Gilles accidentally falls in love with Anne, the Devil (Jules Berry) arrives to ensure that any true happiness is destroyed. When Gilles and Anne are caught together in her room, Gilles is thrown into the dungeon, and Anne and Renaud's engagement is called off.

Director

Starred Up
Starred Up (2013)
, 1h48
Directed by Alain Resnais, David Mackenzie
Origin France
Genres Drama
Themes Théâtre, Films based on plays
Actors Jack O'Connell, Sandrine Kiberlain, Ben Mendelsohn, André Dussollier, Rupert Friend, Sabine Azéma
Rating63% 3.18613.18613.18613.18613.1861
In Yorkshire, three couples--Kathryn and Colin, Tamara and Jack, Monica and Simeon--are shattered by the news that their mutual friend George Riley is fatally ill and has only a few months left. Thinking how best to help him, they invite him to join their amateur dramatic group, but rehearsals bring their past histories to the surface. When George decides to have a last holiday in Tenerife, each of the women wants to accompany him, and their partners are in consternation.
You Ain't Seen Nothin' Yet, 1h55
Directed by Bruno Podalydès, Alain Resnais
Origin France
Genres Drama, Comedy-drama
Themes Théâtre, Films based on plays
Actors Mathieu Amalric, Denis Podalydès, Sabine Azéma, Pierre Arditi, Anne Consigny, Andrzej Seweryn
Rating63% 3.1546153.1546153.1546153.1546153.154615
From beyond the grave, celebrated playwright Antoine d’Anthac gathers together all his friends who have appeared over the years in his play “Eurydice.” These actors watch a recording of the work performed by a young acting company, La Compagnie de la Colombe. During the screening, Antoine’s friends are so overwhelmed by their memories of the play that they start performing it together, despite no longer being the appropriate age for their various roles.
Wild Grass
Wild Grass (2009)
, 1h34
Directed by Alain Resnais
Origin France
Genres Drama, Romance
Themes Transport films, Aviation films
Actors Sabine Azéma, André Dussollier, Anne Consigny, Emmanuelle Devos, Mathieu Amalric, Michel Vuillermoz
Rating61% 3.098933.098933.098933.098933.09893
Marguerite Muir is a dentist, single and middle-aged, independent and unpredictable of mood. Georges Palet is in his late 50s, married, and unemployed; he too is temperamental, and burdened by something in his past (unexplained but possibly criminal). When Georges discovers the discarded wallet from Marguerite's stolen handbag and hands it in to the police station, he allows himself to imagine the door opening to a romantic encounter. Marguerite initially has other ideas, but is later drawn towards Georges. Georges's wife Suzanne, Marguerite's best friend Josépha and two policemen are drawn into the entanglement of their lives. Georges and Marguerite share a passion for aviation, which leads to a flight with Suzanne in Marguerite's plane, while a farmer watches apprehensively from below. There is an uncertain resolution of their adventure, and the film ends with an enigmatic question from the farmer's daughter.
Private Fears in Public Places, 2h
Directed by Alain Resnais
Origin France
Genres Drama, Comedy-drama, Romance
Themes Théâtre, Films based on plays
Actors Sabine Azéma, Lambert Wilson, André Dussollier, Pierre Arditi, Laura Morante, Isabelle Carré
Rating69% 3.4969253.4969253.4969253.4969253.496925
In contemporary Paris, six characters individually confront their emotional solitude as their lives intertwine. Dan (Lambert Wilson) is unemployed after being sacked from the army and spends his time drinking in a bar and telling his troubles to the longsuffering barman Lionel (Pierre Arditi). Dan's relationship with Nicole (Laura Morante) is disintegrating and through a newspaper advertisement he meets Gaëlle (Isabelle Carré), an attractive but insecure young woman who lives with her older brother Thierry (André Dussollier). Thierry is an estate agent who has been trying to find a new apartment for Nicole and Dan. He works with Charlotte (Sabine Azéma), a middle-aged spinster and an ardent Christian, who lends him a video of an evangelical TV programme to give him inspiration. At the end of the video, Thierry discovers some unerased footage of erotic dancing by a woman he suspects to be Charlotte, and, taking this as an invitation, one day he tries to force her to kiss him in their office. Charlotte in her spare time works as a carer, and is assigned to look after the bed-ridden and foul-mouthed Arthur (the voice of Claude Rich) in the evenings so that his dutiful son, who is Lionel the barman, can go to work. After enduring repeated vicious tantrums from Arthur, Charlotte one evening dons a leather porno outfit and silences him with a striptease performance, before resuming her usual pious demeanour. Arthur is hospitalised next day. Gaëlle witnesses a farewell meeting between Dan and Nicole, and interpreting it as a betrayal by Dan, she flees back home to her brother. Lionel and Nicole both pack up to begin new lives. Dan resumes his place at the bar.
Not on the Lips, 1h55
Directed by Alain Resnais
Origin France
Genres Drama, Comedy, Musical theatre, Musical, Romance
Themes Films about music and musicians, Musical films
Actors Sabine Azéma, Isabelle Nanty, Audrey Tautou, Pierre Arditi, Darry Cowl, Jalil Lespert
Rating62% 3.1004353.1004353.1004353.1004353.100435
Act 1. Gilberte Valandray (Sabine Azéma) is the socialite wife of rich Parisian businessman Georges Valandray (Pierre Arditi) from whom she has concealed a previous but unvalidated marriage in America, being aware of her husband's belief in the indissolubility of a relationship based on a first sexual experience. Only her spinster sister Arlette (Isabelle Nanty) knows the secret. Secure in her husband's confidence in her, Gilberte now encourages a circle of amorous admirers, as flirts but nothing more, including Faradel (Daniel Prévost), a middle-aged dilettante, and Charley (Jalil Lespert), a young avant-garde artist who is also pursued by Gilberte's young friend Huguette (Audrey Tautou). Gilberte is then aghast to discover that her husband has invited to dinner an American, Eric Thomson (Lambert Wilson), with whom he is about to sign a deal, and who is none other than her first husband. With embarrassment Gilberte appeals to the truculent Eric to preserve her secret.
Same Old Song, 2h
Directed by Alain Resnais
Origin France
Genres Drama, Comedy, Romantic comedy, Musical, Romance
Themes Films about music and musicians, Musical films
Actors Agnès Jaoui, Pierre Arditi, André Dussollier, Sabine Azéma, Jean-Pierre Bacri, Lambert Wilson
Rating72% 3.645773.645773.645773.645773.64577
Odile (Azéma), a business executive, is married to weak, furtive Claude (Arditi). In the past Odile was close to successful businessman Nicolas (Bacri), now married with kids and returning to Paris after an eight-year absence. She is looking for a new, bigger apartment from estate agent Marc (Wilson). Her younger sister Camille (Jaoui), has just completed her doctoral thesis in history and is a Paris tour guide. Simon (Dussollier) is a regular on Camille's tours because he's attracted to her, although he claims to be researching his historical radio dramas. Camille has fallen for Marc, and they begin an affair. Nicolas is also looking for an apartment, since he hopes to eventually have his family join him in Paris.
Smoking/No Smoking, 2h20
Directed by Alain Resnais
Origin France
Genres Drama, Comedy
Themes Théâtre, Films based on plays
Actors Pierre Arditi, Sabine Azéma, Peter Hudson
Rating73% 3.6832353.6832353.6832353.6832353.683235
"Smoking" and "No Smoking" are two segments of the film which are based on closely connected plays. The original plays covered eight separate stories, which have been pared down to three each for these movies. At a certain point in the story of each segment, the five female characters (all played by Sabine Azema) and the four male characters (all played by Pierre Arditi) have their lives skillfully recapped in terms of "what might have happened" if they had made or failed to make certain choices. For example, "No Smoking" focuses chiefly on the relationship between the mild-mannered Miles Coombes and his infinitely more aggressive and ambitious wife, Rowena.
I Want to Go Home, 1h40
Directed by Alain Resnais
Origin France
Genres Comedy
Themes La bande dessinée
Actors Gérard Depardieu, Laura Benson, Ludivine Sagnier, Linda Lavin, Micheline Presle, John Ashton
Rating56% 2.807512.807512.807512.807512.80751
Joey Wellman, an American cartoonist from Cleveland now largely forgotten at home, visits France with his partner Lena to attend an exhibition in Paris about the comic strip (bande dessinée) which features his work. He also hopes to be reconciled with his daughter Elsie who has been a student in Paris for two years, in flight from the American culture of which she sees her father as a typical example. Elsie is naively infatuated with French literature, and is trying to secure an introduction to the brilliant university professor Christian Gauthier, an expert on Flaubert but also an enthusiast for comic books. The meeting of father and daughter goes badly, but Elsie is persuaded to join Joey and Lena for the weekend at the country house of Gauthier's mother, Isabelle. During a comic-themed masquerade party, all of the characters are made to reconsider their present and past relationships.
Mélo
Mélo (1986)
, 1h45
Directed by Alain Resnais
Origin France
Genres Drama, Romance
Themes Théâtre, Films based on plays
Actors Fanny Ardant, André Dussollier, Sabine Azéma, Pierre Arditi, Jacques Dacqmine, Catherine Arditi
Rating71% 3.5914753.5914753.5914753.5914753.591475
Pierre Belcroix and Marcel Blanc are violinists and lifelong friends living in Paris in the 1920s. While Marcel has become famous and Pierre has not, both are happy with their lives. Pierre is happily married to Romaine, a stylish young flapper. However, Marcel meets and falls in love with her, which Marcel little suspects. Romaine carries on her affair with Marcel, even as Pierre falls ill, which she may have deliberately exacerbated with her treatment in order to murder him. Soon Marcel goes on a concert tour, and Romaine abandons Pierre for a romantic tryst. When Marcel returns, Romaine reconsiders the affair, and realizes that she loves both Pierre and Marcel. She decides that she does not want to hurt either her husband or her lover, and as no other solution seems possible, she commits suicide. Three years later, Pierre visits Marcel to seek the truth, and Marcel tells him that no illicit affair occurred, thereby honoring her memory.
Love Unto Death, 1h32
Directed by Alain Resnais
Origin France
Genres Drama, Romance
Actors Pierre Arditi, Sabine Azéma, André Dussollier, Fanny Ardant, Jean Dasté, Geneviève Mnich
Rating68% 3.444573.444573.444573.444573.44457
Un homme meurt. La mort est constatée par un médecin. La femme qui l'aime et qu'il a aimée est encore sous le choc quand, soudain, il revient à la vie. Que va-t-il faire, que vont-ils faire tous deux de ce sursis, de cette vie "en plus" qui leur est accordée ?
Life Is a Bed of Roses, 1h50
Directed by Alain Resnais, Jean Léon, Guy Pinon
Origin France
Genres Drama, Comedy, Comedy-drama, Musical theatre, Musical
Themes Musical films
Actors Vittorio Gassman, Ruggero Raimondi, Fanny Ardant, Geraldine Chaplin, Pierre Arditi, Sabine Azéma
Rating62% 3.149393.149393.149393.149393.14939
The film interweaves three stories from different eras but sharing a common location, in the forest of Ardennes.
My American Uncle, 2h5
Directed by Alain Resnais
Origin France
Genres Drama, Thriller, Comedy, Comedy-drama, Musical, Romance
Themes Philosophie, Psychologie
Actors Gérard Depardieu, Roger Pierre, Nicole Garcia, Pierre Arditi, Nelly Borgeaud, Danielle Darrieux
Rating77% 3.8935653.8935653.8935653.8935653.893565
The didactic film is built around the ideas of French physician, writer and philosopher Henri Laborit, who plays himself in the film. It uses the stories of three people to illustrate Laborit's theories on evolutionary psychology regarding the relationship of self and society.