Search a film or person :
FacebookConnectionRegistration
Claude Lanzmann is a Actor, Director, Scriptwriter and Producer French born on 27 november 1925 at Paris (France)

Claude Lanzmann

Claude Lanzmann
If you like this person, let us know!
Nationality France
Birth 27 november 1925 at Paris (France)
Death 5 july 2018 (at 92 years)
Awards Grand Officer of the National Order of Merit, Grand Officier de la Légion d'honneur‎

Claude Lanzmann ([lanzman]; born 27 November 1925) is a French filmmaker and professor at European Graduate School in Saas-Fee, Switzerland. He is the brother of writer Jacques Lanzmann.

Biography

Enfance et formation
Claude Lanzmann est né dans une famille dont les différentes branches sont originaires des communautés juives de l'est de l'Europe, immigrées en France à la fin du XIX siècle.

La famille de son grand-père paternel, Itzhak Lanzmann, vient d'un shtetl près de Minsk en Biélorussie. Prenant le prénom de Léon, il épousa à Paris Anna, venant de Riga et devint marchand en mobilier ancien rue Drouot. De leur union naît en 1900, Armand, père de Claude Lanzmann. Itzhak naturalisé en 1913 sera versé dans l'infanterie de 1 ligne entre 1914 et 1918.

Sa mère, Pauline, dite Paulette, Grobermann (1903-1995) est née sur un navire entre Odessa et Marseille : ses parents, Yankel et Perl Grobermann, sont originaires de Kichinev, en Bessarabie. Établis en région parisienne, ils créent une affaire de brocante, puis deviennent antiquaires pendant la Première Guerre mondiale, fournissant les jeunes studios américains en décors. Ils élèvent leurs enfants « [sans] l’ombre de l’ombre de quelque éducation juive que ce soit, ni religieuse, ni culturelle ». Ce n'est qu'en 1952 qu'il découvre Israël et s'y sent depuis « viscéralement attaché ».

En 1934, à la suite du divorce de ses parents, Claude, son frère cadet Jacques (écrivain, scénariste et parolier) et sa sœur Évelyne (Évelyne Rey, actrice de théâtre), emmenés par leur père, vont vivre à Brioude, en Haute-Loire. Ils y restent jusqu'en septembre 1938 ; lorsque la famille retourne à Paris, Claude poursuit ses études au lycée Condorcet, où il découvre l’antisémitisme.


La guerre et la Résistance

En octobre 1939, son père, ancien combattant engagé volontaire en 1917, gazé à Ypres fut « affecté spécial » de la défense nationale à Brioude. Là, il entraîne ses enfants à disparaître sans laisser de traces, en simulant des rafles de la Gestapo ou de la Milice. Il enseigne à ses enfants la méfiance et le « pessimisme actif ».

À la rentrée 1943, Claude entre en lettres supérieures (hypokhâgne) au lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand comme interne. À 18 ans, il devient membre des Jeunesses communistes (alors clandestines) et l’un des organisateurs de la Résistance de Clermont-Ferrand. Il participe à la lutte clandestine, puis aux combats des maquis d’Auvergne à la Margeride, au mont Mouchet, aux embuscades dans le Cantal et dans la Haute-Loire, pour retarder la remontée des troupes allemandes vers la Normandie, lors de l'été 1944.


Philosophie
Après la Libération, sa famille revient vivre à Paris. Lanzmann, qui a retrouvé sa mère et le compagnon de celle-ci, Monny de Boully, est admis en janvier 1945 en première supérieure (khâgne) au lycée Louis-le-Grand. Il y rencontre Jean Cau, avec qui il noue une grande amitié. Ayant échoué au concours d'entrée à l'École normale supérieure, il s'inscrit en licence de philosophie à la Sorbonne. Il choisit les « possibles et les incompossibles » chez Leibniz comme sujet de son diplôme d'études supérieures.

En 1947, sur les conseils de son ami Michel Tournier, Claude Lanzmann étudie la philosophie à l'université Eberhard Karl de Tübingen, en Allemagne : il veut voir « les Allemands en civil ». Puis, en 1948, il obtient un poste de lecteur à l'université libre de Berlin, en secteur américain.

Claude Lanzmann se découvre des talents et un goût de pédagogue, comme il le dit, « mêlant en une torsade unique Le Rouge et le Noir et L'Être et le Néant ». La parution des Réflexions sur la question juive de Sartre en 1947 fut pour lui un événement fondateur et devient le fondement d'un séminaire sur l'antisémitisme qu'il organisa à la demande des étudiants. Il se convainc que les thèses de Sartre doivent être dépassées, ce qui sera l'une des raisons de son premier voyage en Israël en 1952. Voulant dénoncer la faiblesse de la dénazification au sein de l'université, il publie en 1949 deux articles dans le Berliner Zeitung, journal de la RDA, ce qui lui vaut de quitter ses fonctions officielles.


Journaliste
France Dimanche
À son retour en France, il devient pigiste pour France Dimanche, dans le groupe de presse de Pierre Lazareff pendant vingt ans, pour Elle, créé et dirigé par Hélène Lazareff, France-Soir en 1951, pour un reportage sur la vie en Allemagne de l'Est, et n'étant pas retenu, il publie finalement la série d'articles (L'Allemagne derrière le Rideau de fer) dans le journal Le Monde. Cette série est remarquée par Sartre qui lui demande de collaborer à sa revue.

En mai 1958 Lanzmann se rend en Corée du Nord pour son travail de journalisme.


Les Temps modernes

C’est donc en 1952 que Claude Lanzmann rencontre Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre. Diplômé de philosophie, journaliste, il devient leur ami et entre au comité de rédaction de la revue Les Temps modernes qu'ils ont fondée en 1945.

Le 27 avril 1959, il publie un long article sur la fuite du dalaï-lama du Tibet, dans Elle à la demande de sa fondatrice Hélène Lazareff qui pressentait l'importance de l’événement.

Claude Lanzmann succède à Simone de Beauvoir comme directeur de la revue en 1986.

En 1987, il présente dans Les Temps Modernes l'attribution du massacre de Katyń aux Soviétiques comme de la « propagande nazie ».


Engagement politique
Son engagement anticolonialiste le confronte à la peine capitale. Il fait partie des dix inculpés, parmi les signataires du manifeste des 121 titré « Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie », qui dénoncent la répression en Algérie en 1960. En 1967, il prend une grande part à l'élaboration du fameux numéro des Temps modernes intitulé Le conflit israëlo-arabe.

Jusqu’en 1970, Claude Lanzmann partage ses activités entre Les Temps Modernes, et le journalisme. Il écrit de nombreux articles et reportages. En 1986, après la mort de Simone de Beauvoir, il deviendra responsable de la revue Les Temps Modernes.


Réalisateur

À partir de 1970, Claude Lanzmann se consacre au cinéma. Son premier film, Pourquoi Israël, sort en 1973 et détaille déjà la méthode Lanzmann : film mosaïque avec des entretiens originaux, où l'interviewer, Lanzmann lui-même, est autant acteur que metteur en scène.

Dès qu'il a fini ce film, Lanzmann se plonge dans ce qui va devenir Shoah : il y consacre 12 ans de travail (recherche documentaire, recherche des survivants, des bourreaux, des témoins, une dizaine de campagnes de tournage et presque 6 ans de montage, avec la monteuse Ziva Postec), avant que le film ne sorte en 1985. D'une durée de plus de 9 heures, Shoah est considéré comme un monument du cinéma : sans image d'archives, il parvient à dire l'indicible sur le génocide.

Neuf ans plus tard, en 1994, sort le film Tsahal dont le questionnement est : l’armée israélienne est-elle une armée comme les autres ? Ce documentaire de 5 heures fait l'objet de vives polémiques. Il est jugé tendancieux et apologétique par ses détracteurs, qui lui reprochent notamment son manque de distance vis-à-vis du discours tenu par l'armée israélienne sur elle-même, ainsi que son silence au sujet de la guerre du Liban — un conflit qui a pourtant suscité de vifs débats en Israël même. Pour la sortie en DVD du film en 2008, l'anniversaire des 60 ans de l'État d'Israël, Lanzmann tourne Lights and Shadows, un entretien d'une quarantaine de minutes avec Ehud Barak.

Pour réaliser Shoah, Lanzmann a tourné 350 heures de film entre 1974 et 1981. La quasi-totalité des rushs exploitables (approximativement 220 heures) sont disponibles à l'USHMM. Plus tard, à partir de ces rushs non utilisés dans Shoah et d'images tournées spécifiquement pour les films, Claude Lanzmann a réalisé quatre films autour de quatre personnages : Maurice Rossel (dans Un vivant qui passe en 1997), Yehuda Lerner (dans Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures en 2001), Jan Karski (dans Le Rapport Karski en 2010) et Benjamin Murmelstein (dans Le Dernier des injustes en 2013).

En 2016, lors de la diffusion du documentaire d'Adam Benzine Claude Lanzmann, porte-parole de la Shoah, Lanzmann, qui s'insurge contre l'utilisation par d'autres d'images qu'il n'a pas utilisées dans ses films, dit : « Je vais bientôt en sortir quatre autres. » Deux de ces films sont Napalm (qui traite de la Corée du Nord, relatant des événements narrés dans Le Lièvre de Patagonie), sorti en 2017, et Les Quatre Sœurs (sur les horreurs subies par quatre femmes dans les camps, notamment à cause du Dr Mengele), sorti en 2018.


Vie privée
À partir de juillet 1952, il vit une histoire d'amour avec Simone de Beauvoir. Malgré leur rupture en 1959, il demeurera très proche d’elle jusqu'à sa mort en 1986.

En 1963, il épouse l'actrice Judith Magre, dont il divorce en 1971. Cette même année, il s'unit à la romancière allemande Angelika Schrobsdorff (1927—2016) puis, en 1995, il épouse Dominique Petithory.

Claude Lanzmann a deux enfants : Angélique Lanzmann, née en 1950, et Félix Lanzmann, fils de Dominique Lanzmann-Petithory, né en 1993, étudiant normalien, mort du cancer en 2017, dont une lettre à son chirurgien narrant son combat contre la maladie et suivie de quelques fragments datés est publiée par Les Temps modernes dans un numéro qui lui est dédié. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse.

Claude Lanzmann meurt le 5 juillet 2018, le lendemain de la sortie au cinéma des Quatre Sœurs, son éditeur le considérait comme assez affaibli les derniers jours. Il avait fait sa dernière apparition publique à la clôture du festival de Cannes 2018. Le 12 juillet 2018, Claude Lanzmann est inhumé au cimetière du Montparnasse (5e division), dans la même tombe que son fils Félix - et dans le même cimetière que Simone de Beauvoir, dont il fut le compagnon.

Usually with

Source : Wikidata

Filmography of Claude Lanzmann (12 films)

Display filmography as list

Actor

Shoah: Four Sisters, 7h14
Directed by Claude Lanzmann
Origin France
Genres Documentary
Themes Documentary films about war, Documentary films about historical events, Documentary films about World War II
Actors Claude Lanzmann
Roles lui-même
Rating80% 4.0201754.0201754.0201754.0201754.020175
L'œuvre est composée de quatre films, d'environ une heure chacun, constitué d'images tournées par Lanzmann pendant les douze ans de travail sur Shoah, avec comme particularité que les quatre personnes interviewées par Lanzmann sont des femmes : Ruth Elias (vue brièvement dans Shoah), Paula Biren (idem), Ada Lichtman (témoignage 100 % inédit) et Hanna Marton (témoignage également 100 % inédit).
Napalm
Napalm (2017)
, 1h40
Directed by Claude Lanzmann
Origin France
Genres Documentary
Actors Claude Lanzmann
Roles Himself
Rating54% 2.7384552.7384552.7384552.7384552.738455
Le film porte sur Claude Lanzmann, le réalisateur, et sa première visite en Corée du Nord en 1958. Là, Lanzmann, est tombé malade. Il a rencontré Kim Kun-sun, une infirmière nord-coréenne, qui avait été blessée par le napalm dans la guerre de Corée. Ils sont tombés amoureux. En 2015, l'année où le film a été réalisé, Lanzmann est retourné en Corée du Nord.
The Last of the Unjust
Directed by Claude Lanzmann
Origin France
Genres Documentary
Themes Films about racism, Films about religion, Documentary films about racism, Documentary films about law, Documentary films about war, Documentary films about historical events, Documentary films about religion, Political films, Films about Jews and Judaism, Documentary films about World War II
Actors Claude Lanzmann
Roles Himself
Rating72% 3.6366453.6366453.6366453.6366453.636645
Dans le cadre de ses travaux sur Shoah, Claude Lanzmann s'est longuement entretenu avec le rabbin Benjamin Murmelstein, au sujet de son rôle ambivalent comme haut fonctionnaire de la communauté juive de Vienne, contrôlée par Adolf Eichmann pendant la période nazie, et comme un « doyen juif » dans le camp de concentration de Terezín. En se filmant au présent sur les lieux évoqués dans les images de 1975, Lanzmann introduit une interrogation critique sur les moyens d'évoquer le passé au cinéma.
Lights And Shadows, 40minutes
Directed by Claude Lanzmann
Origin France
Genres Documentary
Actors Claude Lanzmann
Roles Self - Interviewer

Le texte de cet entretien a été publié dans le n° 651 de la revue Les Temps modernes.
Sobibor, October 14, 1943, 4 p.m., 1h35
Directed by Claude Lanzmann
Origin France
Genres Documentary
Themes Films about racism, Films about religion, Documentary films about racism, Documentary films about law, Documentary films about war, Documentary films about historical events, Documentaire sur une personnalité, Documentary films about religion, Political films, Films about Jews and Judaism, Documentary films about World War II
Actors Claude Lanzmann
Roles Himself - Interviewer
Rating73% 3.679483.679483.679483.679483.67948
Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures : lieu, heure, jour, mois et année de la seule révolte réussie d'un camp d'extermination nazie en Pologne. 365 prisonniers parvinrent à s'évader, mais seuls 47 d'entre eux survécurent aux atrocités de la guerre. Claude Lanzmann a rencontré Yehuda Lerner pendant le tournage de Shoah, à Jérusalem en 1979. Dans ce documentaire, ce dernier s'est confié au réalisateur.
Tsahal
Tsahal (1994)
, 5h16
Directed by Claude Lanzmann
Origin France
Genres Documentary
Actors Claude Lanzmann
Roles Himself
Rating66% 3.300423.300423.300423.300423.30042
Dernier volet de la trilogie de Claude Lanzmann après «Pourquoi Israël» et «Shoah», «Tsahal» est l'histoire de la longue marche d'Israël vers la paix.
Shoah
Shoah (1985)
, 9h26
Directed by Claude Lanzmann
Origin France
Genres Documentary, Historical
Themes Films about racism, Films about religion, Documentary films about racism, Documentary films about law, Documentary films about war, Documentary films about historical events, Documentaire sur une personnalité, Documentary films about religion, Political films, Films about Jews and Judaism, Documentary films about World War II
Actors Claude Lanzmann
Roles Himself
Rating86% 4.345324.345324.345324.345324.34532
The film is concerned chiefly with four topics: Chełmno, where mobile gas vans were first used by Germans to exterminate Jews; the death camps of Treblinka and Auschwitz-Birkenau; and the Warsaw Ghetto, with testimonies from survivors, witnesses, and perpetrators.
Israel, Why, 3h5
Directed by Claude Lanzmann
Origin France
Genres Documentary
Themes Films about religion, Documentary films about religion, Films about Jews and Judaism
Actors Claude Lanzmann
Roles Himself
Rating76% 3.8222253.8222253.8222253.8222253.822225
Pourquoi Israël (sans point d'interrogation) n'a pas de synopsis classique, ne raconte pas d'histoire, mais tente d’appréhender l'histoire d'Israël, vingt-cinq ans après la création de son État, au travers d'une succession d'images du pays et d'interviews de ses habitants. Tourné en 1972, le film, qui dure trois heures vingt, est présenté au 11e Film Festival de New York le 7 octobre 1973, soit le lendemain du déclenchement de la Guerre du Kippour.

Director

Shoah: Four Sisters, 7h14
Directed by Claude Lanzmann
Origin France
Genres Documentary
Themes Documentary films about war, Documentary films about historical events, Documentary films about World War II
Actors Claude Lanzmann
Rating80% 4.0201754.0201754.0201754.0201754.020175
L'œuvre est composée de quatre films, d'environ une heure chacun, constitué d'images tournées par Lanzmann pendant les douze ans de travail sur Shoah, avec comme particularité que les quatre personnes interviewées par Lanzmann sont des femmes : Ruth Elias (vue brièvement dans Shoah), Paula Biren (idem), Ada Lichtman (témoignage 100 % inédit) et Hanna Marton (témoignage également 100 % inédit).
Napalm
Napalm (2017)
, 1h40
Directed by Claude Lanzmann
Origin France
Genres Documentary
Actors Claude Lanzmann
Rating54% 2.7384552.7384552.7384552.7384552.738455
Le film porte sur Claude Lanzmann, le réalisateur, et sa première visite en Corée du Nord en 1958. Là, Lanzmann, est tombé malade. Il a rencontré Kim Kun-sun, une infirmière nord-coréenne, qui avait été blessée par le napalm dans la guerre de Corée. Ils sont tombés amoureux. En 2015, l'année où le film a été réalisé, Lanzmann est retourné en Corée du Nord.
The Last of the Unjust
Directed by Claude Lanzmann
Origin France
Genres Documentary
Themes Films about racism, Films about religion, Documentary films about racism, Documentary films about law, Documentary films about war, Documentary films about historical events, Documentary films about religion, Political films, Films about Jews and Judaism, Documentary films about World War II
Actors Claude Lanzmann
Rating72% 3.6366453.6366453.6366453.6366453.636645
Dans le cadre de ses travaux sur Shoah, Claude Lanzmann s'est longuement entretenu avec le rabbin Benjamin Murmelstein, au sujet de son rôle ambivalent comme haut fonctionnaire de la communauté juive de Vienne, contrôlée par Adolf Eichmann pendant la période nazie, et comme un « doyen juif » dans le camp de concentration de Terezín. En se filmant au présent sur les lieux évoqués dans les images de 1975, Lanzmann introduit une interrogation critique sur les moyens d'évoquer le passé au cinéma.
Lights And Shadows, 40minutes
Directed by Claude Lanzmann
Origin France
Genres Documentary
Actors Claude Lanzmann

Le texte de cet entretien a été publié dans le n° 651 de la revue Les Temps modernes.