Search a film or person :
FacebookConnectionRegistration
Manoel de Oliveira is a Actor, Director, Scriptwriter, Co-Producer, Director of Photography, Editor, Sound Designer and Cinematography Portugais born on 11 december 1908 at Porto (Portugal)

Manoel de Oliveira

Manoel de Oliveira
If you like this person, let us know!
Birth name Manoel Cândido Pinto de Oliveira
Nationality Portugal
Birth 11 december 1908 at Porto (Portugal)
Death 2 april 2015 (at 106 years) at Porto (Portugal)

Manoel Cândido Pinto de Oliveira, GCSE ([mɐnuˈɛɫ doliˈvɐjɾɐ]; born December 11, 1908) is a Portuguese film director and screenwriter born in Cedofeita, Porto. He first began making films in 1927, when he and some friends attempted to make a film about World War I. In 1931 he completed his first film Douro, Faina Fluvial, a documentary about his home city Porto made in the city symphony genre. He made his feature film debut in 1942 with Aniki-Bóbó and continued to make shorts and documentaries for the next 30 years, gaining a minimal amount of recognition without being considered a major world film director. Among the numerous factors that prevented Oliveira from making more films during this time period were the political situation in Portugal, family obligations and money.

In 1971 Oliveira made his second feature narrative film Past and Present, a social satire that both set the standard for his film career afterwards and gained him recognition in the global film community. He continued making films of growing ambition throughout the 1970s and 1980s, gaining critical acclaim and numerous awards. Since the late 1980s he has been one of the most prolific working film directors and continues to make an average of one film per year past the age of 100. In March 2008 he was reported to be the oldest active film director in the world, and is possibly the third oldest film director ever after George Abbott, who lived to be 107, and Spanish film director Miguel Morayta, who died at the age of 105 and 10 months in 2013. He is also the only filmmaker whose active career has spanned from the silent era to the digital age. Among his numerous awards are two Career Golden Lions from the Venice Film Festival.

Biography

Sa jeunesse
Manoel Cândido Pinto de Oliveira est issu d'une famille de la bourgeoisie industrielle de Porto. Il s'est intéressé au cinéma dès son plus jeune âge grâce à son père qui appréciait cet art et l'emmenait souvent voir les films de Charlie Chaplin et Max Linder. Il a étudié au Colégio Universal de Porto, puis dans un collège Jésuite en Galice.

Jeune homme très sportif, il excelle en natation, athlétisme, et course automobile (il remporte un Grand Prix en 1937 sur le circuit d'Estoril, et termine second du Ve Rallye Internacional de Lisboa (Estoril) en 1951, son frère aîné -de un an- Casimiro n'étant autre que le vainqueur du premier Grand Prix du Portugal la même année). À l'âge de 19 ans, il fréquente l'école d'acteur de Reno Lupo et tourne comme acteur dans quelques films, son rôle le plus important restant celui de A Canção de Lisboa, le premier film parlant portugais, en 1933. À cette époque, Manoel de Oliveira possède déjà sa première caméra, offerte par son père en 1929, une caméra portative Kinamo, avec laquelle il commence à tourner son premier film Douro, Faina Fluvial, un court métrage documentaire muet qui met en relation le fleuve Douro et la vie des marins. Ce film, tourné de 1927 à 1929, sorti en 1931, a été critiqué par certains à cause de son aspect naturaliste ; mais, dans ce film d'une grande maturité, on voit déjà, chez Oliveira, une âme de poète réaliste.


Son arrivée sur le devant de la scène

C'est avec son premier long métrage, Aniki Bóbó en 1942, contant le quotidien de quelques enfants des quartiers populaires de Porto et annonçant le néoréalisme italien, que Manoel de Oliveira parvient à se faire reconnaître. À la suite de la sortie de ce film, dans les années 1950, Manoel de Oliveira ressent le besoin de partir en Allemagne pour connaître de nouveaux horizons, mais aussi pour échapper à la vie au Portugal qui était très dure puisque le pays vivait sous la très rigide dictature salazariste.

En Allemagne, il étudie la couleur et les procédés techniques. À la suite de quoi, il reprend la caméra pour réaliser un nouvel essai sur Porto, le Peintre et la Ville en 1956. Conjuguant caméra subjective et "cinéma direct", représentation de la ville et reflets des tableaux d'Antonio Cruz, ce film instaure la naissance d'un nouveau courant dans le documentaire. Puis, il réalise Le Mystère du printemps ( O Acto da Primavera) en 1962, fondé sur un texte du XVI siècle, Auto de Paixão de Francisco Vaz de Guimarães que les paysans de Curalha interprètent chaque année, en plein air, durant la semaine sainte. Selon Raphaël Bassan, « c'est une œuvre de transition où fiction et documentaire se côtoient pour piéger certaines données culturelles et sociales de la région ». L'un de ses deux derniers courts métrages, La Chasse en 1963 est une parabole sur la solidarité. Il avait, dit-il, « des intentions cachées touchant la dictature ». Après ce film, le gouvernement portugais l'empêche à nouveau de tourner jusqu'en 1971, année où sort Le Passé et le Présent, son troisième long métrage, une satire sur la société bourgeoise du Portugal, adaptation de la pièce de Vicente Sanches. Il poursuit, avec une autre adaptation tirée celle-ci d'un roman de José Régio, Benilde, ou la Vierge Mère (1974) qui raconte l'histoire d'une jeune femme qui tombe enceinte tout en restant vierge, se référant au récit évangélique de la conception de Jésus.

Depuis ces films, il a un rythme de réalisation beaucoup plus régulier, souvent avec des films de type romantique ou d'amour impossible. Ainsi, connaît-on bien le film Amour de perdition en 1978, l'un de ses plus beaux films, adapté d'un roman de Camilo Castelo Branco, un des grands auteurs du romantisme portugais. Narrant l'histoire, à la fin du XVIII siècle, d'un amour désespéré entre deux jeunes personnes appartenant à des familles ennemies, l'adaptation de Manoel de Oliveira tente de faire découvrir au public la mentalité portugaise de l'époque.

En 1981, il tourne Francisca, tiré d'un roman de Agustina Bessa-Luís. Ce film conclut la tétralogie des Amours frustrées. « Un masochisme révélateur de la psychologie portugaise au cours des âges parcourt les quatre opus de ce cycle »(Raphaël Bassan). Puis il tourne, entre autres, en 1985, Le Soulier de satin d'après Paul Claudel, en 1990 Non, ou la vaine gloire de commander, en 1993 Val Abraham, à nouveau, d'après un roman de Agustina Bessa-Luís. En 1995, il réalise Le Couvent, avec Catherine Deneuve et John Malkovich film tiré encore une fois d'un roman de Agustina Bessa-Luís, As terras dos riscos.

Il reçoit le prix Robert-Bresson en 2004.


Après ses cent ans

Manoel de Oliveira reçoit lors du Festival de Cannes 2008, l'année de ses 100 ans, sa première Palme d'or, une Palme d'or pour l'ensemble de son œuvre. Cette récompense lui a été remise par son ami Michel Piccoli. Ému par cette distinction, il a déclaré : « J'apprécie énormément de la recevoir de cette façon-là parce que je n'aime pas trop la compétition, c'est-à-dire gagner contre mes collègues ; c'est une belle façon de recevoir un prix ».

En 2008 Christophe Colomb, l'énigme évoque, avec émotion et humour, l'histoire de Christophe Colomb. Puis Singularités d'une jeune fille blonde, adapté d'un conte de Eça de Queiroz, auteur réaliste portugais du XIX siècle, sort en salle en septembre 2009.

En 2010, Manoel De Oliveira est à Cannes pour la présentation de L'Étrange Affaire Angélica qui concourt dans la catégorie Un certain regard.

Il est alors le réalisateur en activité le plus âgé au monde. Il est le premier réalisateur centenaire en activité de toute l'histoire du cinéma.

Quant à sa prodigalité et sa longévité : « Cesser de travailler, c'est mourir. Si on m'enlève le cinéma, je meurs ».

Le 9 décembre 2014, avant-veille de ses 106 ans, Manoel de Oliveira a reçu les insignes de grand officier de la Légion d'honneur à Porto.

Pour la spécialité « cinéma audiovisuel » des terminales littéraires de l'année scolaire 2015-2016, pendant l'année et pour le baccalauréat, son film L'Étrange Affaire Angélica est au programme.

Usually with

Paulo Branco
Paulo Branco
(23 films)
Leonor Silveira
Leonor Silveira
(21 films)
Leonor Silveira
Leonor Silveira
(20 films)
Ricardo Trêpa
Ricardo Trêpa
(19 films)
Source : Wikidata

Filmography of Manoel de Oliveira (43 films)

Display filmography as list

Actor

Visit, or Memories and Confessions, 1h8
Directed by Manoel de Oliveira
Origin Portugal
Genres Drama, Documentary
Actors Manoel de Oliveira, Diogo Dória, Teresa Madruga
Roles Self
Rating72% 3.628723.628723.628723.628723.62872
Un film autobiographique retraçant la vie du réalisateur dans sa maison de sa maturité.
Hitler in Hollywood, 1h27
Directed by Frédéric Sojcher
Origin Belgique
Genres Drama, Comedy
Actors Maria de Medeiros, Micheline Presle, Hans Meyer, Pierre Laroche, Josiane Stoléru, Tonie Marshall
Roles lui-même
Rating58% 2.920112.920112.920112.920112.92011
Maria de Medeiros réalise un documentaire hommage sur Micheline Presle. Cette dernière lui confie avoir tourné pendant la guerre un film qu'elle n'a jamais vu, parce qu'il n'est pas sorti, Je ne vous aime pas, de Luis Aramchek. Or ce film et ce réalisateur sont inconnus, et Maria de Medeiros, aidée par deux collaborateurs, se lance sur leurs traces.
Christopher Columbus, The Enigma, 1h15
Directed by Manoel de Oliveira
Origin Portugal
Genres Drama, Historical
Actors Ricardo Trêpa, Ricardo Trêpa, Manoel de Oliveira, Leonor Silveira, Leonor Baldaque, Luís Miguel Cintra
Roles Manuel Luciano (2007)
Rating57% 2.854032.854032.854032.854032.85403
Depuis les années 40, Manuel Luciano a entrepris de découvrir la véritable identité de Christophe Colomb. Dans ses multiples voyages entre le Portugal et les États-Unis, toujours accompagné de sa femme, l'autre grande passion de sa vie, il a été le témoin de nombreux changements dans le temps et dans l'espace.
Porto of My Childhood, 1h32
Directed by Manoel de Oliveira
Origin Portugal
Genres Drama, Documentary
Themes Documentary films about business, Documentary films about the film industry, Documentaire sur une personnalité, Documentary films about cities, Autobiographical documentary films
Actors Manoel de Oliveira, Ricardo Trêpa, Maria de Medeiros, Ricardo Trêpa, Rogério Samora, Leonor Baldaque
Roles Himself / Narrator / The Thief
Rating70% 3.532323.532323.532323.532323.53232
Roulant à travers les rues du vieux Porto, le réalisateur Manoel de Oliveira se souvient d'une promenade faite la nuit, à sa demande, quand il avait neuf ou dix ans, alors qu'il rentrait à la maison avec sa mère après une soirée au théâtre.
Anxiety
Anxiety (1998)
, 1h50
Directed by Manoel de Oliveira
Origin Portugal
Genres Drama
Actors Leonor Baldaque, Irène Papas, Rita Blanco, Luís Miguel Cintra, Manoel de Oliveira, Diogo Dória
Roles Tango Dancer
Rating69% 3.4813.4813.4813.4813.481
C'est l'adaptation du conte A Mãe de um Rio d'Agustina Bessa-Luís.
Marcello Mastroianni: I Remember, 1h38
Directed by Anna Maria Tatò
Genres Documentary
Themes Films about television, Documentary films about business, Documentary films about the film industry, Documentaire sur une personnalité
Actors Marcello Mastroianni, Diogo Dória, Manoel de Oliveira, Diogo Dória, Leonor Silveira, Leonor Silveira
Roles Self
Rating77% 3.8705253.8705253.8705253.8705253.870525
En 1996, Marcello Mastroianni parle de la vie d'acteur. C'est un mémoire anecdotique et philosophique, passant d'un sujet à l'autre, pleinement conscient d'un homme "d'un certain âge" regardant son passé.
Voyage to the Beginning of the World, 1h35
Directed by Manoel de Oliveira
Origin Portugal
Genres Drama, Biography
Actors Marcello Mastroianni, Jean-Yves Gautier, Leonor Silveira, Leonor Silveira, Diogo Dória, Diogo Dória
Roles Driver
Rating68% 3.4421353.4421353.4421353.4421353.442135
French actor Alfonso visits the Portuguese village where his father once left. He is accompagnied by the film director Manoel who hereby returns to the places of his childhood. Together with two other actors who serve as translators they make it to the remote village and meet the estranged kin.
Lisbon Story, 1h40
Directed by Wim Wenders
Origin German
Genres Drama, Thriller, Musical
Themes Films about films, Transport films, Musical films, Road movies
Actors Rüdiger Vogler, Patrick Bauchau, Manoel de Oliveira, João Canijo
Roles Himself
Rating70% 3.5489353.5489353.5489353.5489353.548935
Lisbon Story is partially a sequel to Wenders' 1982 film, The State of Things. The fictitious movie director in the previous film, Friedrich Munro, reappears, again played by Patrick Bauchau. In Lisbon Story Friedrich has moved to Lisbon, Portugal (the country where The State of Things was set). The principal character, Philip Winter (Rüdiger Vogler), a sound engineer, receives a postcard invitation from Friedrich to come to Lisbon to record sounds of the capital city for his forthcoming film. On arriving, the director is nowhere to be found, though he leaves cryptic messages. This sets in motion a mysterious quest.
The Divine Comedy, 2h20
Directed by Manoel de Oliveira
Origin Portugal
Genres Drama
Actors Maria de Medeiros, Luís Miguel Cintra, Miguel Guilherme, Mário Viegas, Leonor Silveira, Leonor Silveira
Rating70% 3.5329953.5329953.5329953.5329953.532995
Dans un asile d'aliénés, loin de la Divine Comédie de Dante, des personnes se croisent, hallucinées ou lucides, rejouant des textes littéraires ou philosophiques. Certains se prennent pour des figures bibliques, Adam et Ève, Jésus, Lazare, Marie, d'autres pour des personnages de romans, Raskolnikov, Ivan Karamazov, ou encore Frédéric Nietzsche... Oliveira développe là une réflexion sur le temps présent et ses valeurs.
Cinématon
Cinématon (1978)

Directed by Gérard Courant
Genres Documentary
Actors Fernando Arrabal, Raphaël Bassan, Yann Beauvais, Roberto Benigni, Juliet Berto, Sandrine Bonnaire
Roles N°102
Rating60% 3.0325753.0325753.0325753.0325753.032575
Cinématon est une série cinématographique de portraits filmés montrant une personnalité des arts, de la culture ou du spectacle, en un seul gros plan fixe et muet de 3 minutes et demie, dans lesquels elle est libre de faire ce qu'elle veut.
The Green Years, 1h31
Directed by Paulo Rocha
Origin Portugal
Genres Drama
Actors Isabel Ruth, Paul Renato, Manoel de Oliveira, Rosa María Vázquez
Rating74% 3.7306553.7306553.7306553.7306553.730655
Dans un Lisbonne oppressant, sous l'Estado Novo, les amours tragiques d'un cordonnier provincial et d'une employée de maison joyeuse et moderne.
A Song of Lisbon, 1h25
Origin Portugal
Genres Comedy, Musical
Themes Films about music and musicians, Musical films
Actors Beatriz Costa, António Silva, Manoel de Oliveira
Roles Carlos
Rating76% 3.8470353.8470353.8470353.8470353.847035
Vasco (Vasco Santana) is a medical student in Lisbon, supported by his rich aunts from Trás-os-Montes, whom he had falsely told he had already graduated. In fact, he devotes himself to a bohemian life, preferring the popular fairs and pretty women, especially Alice (Beatriz Costa), a seamstress from the Castelinhos quarter, which rather upsets her ambitious father, tailor Caetano (António Silva), who is familiar with Vasco's debts.

Director

Visit, or Memories and Confessions, 1h8
Directed by Manoel de Oliveira
Origin Portugal
Genres Drama, Documentary
Actors Manoel de Oliveira, Diogo Dória, Teresa Madruga
Rating72% 3.628723.628723.628723.628723.62872
Un film autobiographique retraçant la vie du réalisateur dans sa maison de sa maturité.