Search a film or person :
FacebookConnectionRegistration
Virginie Despentes is a Director and Scriptwriter French born on 13 june 1969 at Nancy (France)

Virginie Despentes

Virginie Despentes
  • Infos
  • Photos
  • Best films
  • Family
  • Characters
  • Awards
If you like this person, let us know!
Nationality France
Birth 13 june 1969 (50 years) at Nancy (France)

Virginie Despentes (born 13 June 1969) is a French writer, novelist, and filmmaker.

Biography

Enfance turbulente (1969-1980)
Quand naît celle qui prendra à vingt-cinq ans le pseudonyme de Virginie Despentes, ses parents ont vingt et dix-neuf ans. Postiers engagés dans le syndicat CGT, ils participent aux manifestations avec leur fille. À deux ans, elle chante déjà L'Internationale.

Sa mère lui achète les Fantômette de la Bibliothèque rose, mais ce sont les subversifs Reiser et Wolinski qu'elle aime lire en cachette. À l'école primaire, elle exaspère ses maîtres par des bagarres incessantes avec les garçons, qu'elle dépasse tous en taille. En grandissant, c'est Marilyn Monroe, image de la fragilité féminine, qu'elle se choisit comme idole. Mais elle la reniera à l'adolescence.


Le dérangement de l'adolescence (1981-1987)
À l'écart des autres élèves de son collège, qui la surnomment pour cette raison « Bulle », elle se fait élire et réélire chaque année déléguée de classe après que son père, qui s'est présenté sous l'étiquette du Parti socialiste, a perdu l’élection municipale de Jarville. Elle échoue toutefois à mobiliser les élèves contre les professeurs, dont elle juge l'enseignement réactionnaire, et à les entraîner dans des grèves.

Virginie Despentes découvre l'écriture auprès d'un professeur de français original, amateur du poète compositeur Hubert-Félix Thiéfaine et du groupe de rock post-punk Joy Division. Il lui enseigne que la littérature est une chose cruciale : « il m'a ouvert la voie de la littérature et, en un sens, a changé ma vie ».

À quinze ans, elle est internée contre son gré en hôpital psychiatrique pendant un peu plus de deux mois. La psychothérapie, en dépit de la sollicitude bienveillante ressentie par la patiente, se heurte à la violence de l'institution et reste un échec que suivent une déscolarisation et une errance à travers les préfectures de France au cours de laquelle l'adolescente est arrêtée de très nombreuses fois par la police.

À dix-sept ans, en faisant du stop, au retour d'un voyage à Londres, Virginie Despentes est victime d'un viol, qui fera en 2006 la matière d'un chapitre de son ouvrage King Kong Théorie . Face à ce traumatisme, elle s'installe dans le déni et répond systématiquement aux psychothérapeutes avec lesquels le lien n'est pas rompu « ça ne m'a pas marquée plus que ça ». Ce rejet du ravalement de la condition de femme fera le ressort du personnage de Manu dans son premier roman, Baise-moi. Ce n'est que vingt ans plus tard qu'elle reconnaîtra à propos de ce viol qu'« […] il est fondateur, de ce que je suis en tant qu'écrivain, en tant que femme qui n'en est plus tout à fait une. C'est à la fois ce qui me défigure et me constitue. »

Tout en travaillant comme femme de ménage à Longwy, elle passe son baccalauréat en candidate libre, et n'a pas encore dix huit ans quand elle s'inscrit à Lyon dans une école de cinéma, qui deviendra deux ans plus tard l'ARFIS.


Les années post punk (1988-1993)
Hébergée dans un foyer de La Croix-Rousse mais seule, elle sombre dans un alcoolisme à la bière tout en s'enivrant de la lecture de Bukowski. Elle multiplie les petits boulots, baby-sitter, superviseuse pour un réseau Minitel, employée chez Auchan, vendeuse chez un disquaire, puis pigiste pour journaux rocks… Adepte du groupe de rock alternatif Bérurier noir, elle en fréquente le milieu, celui des punks et des autonomes. Le manque d'argent l'amène à « la prostitution volontaire et occasionnelle » via le Minitel rose, dans des « salons de massage » et des peep shows.

En 1992, elle souffre d'un grave eczéma généralisé et se réfugie dans la maison que ses parents lui abandonnent pour les vacances. En un mois, elle y écrit le roman Baise-moi. À l'automne, la jeune femme rejoint un squat parisien et mène une vie de chef de bande, de manifestations et de violence. Son manuscrit circule sous forme de copies dans le milieu post-punk mais il sera refusé par neuf maisons d'édition et même par ceux des libraires qui proposent des ouvrages en dépôt. Son style trash déplait et effraie les professionnels.

En 1993, Virginie Despentes travaille à Paris comme critique de films pornographiques pour un magazine spécialisé et partage le logement d'Ann Scott, autre aspirante écrivaine. Les deux jeunes femmes se soutiennent dans leurs ambitions littéraires. À l'occasion, pour vivre, l'une fait le mannequin quand l'autre continue de se prostituer. Elles fréquentent la discothèque Le Pulp — dont la disc jockey, Sextoy, a alors une liaison avec Ann Scott — et son milieu lesbien et transgenre.


Baise-moi (1994-1995)
En 1994, Virginie Despentes est vendeuse au rayon librairie du Virgin Megastore des Champs-Élysées et a perdu son propre manuscrit de Baise-moi, renoncé à sa carrière littéraire, lorsqu'un ami, à son insu, en présente une copie à Florent Massot, un éditeur de rares albums qui témoignent de la contre-culture des banlieues. Celui-ci prend le risque de publier pour la première fois un roman, à mille, puis deux mille exemplaires. La diffusion ne dépasse pas dans un premier temps le réseau underground du rock alternatif, des fanzines, des squats.

Elle ne se décourage pas et, désormais attachée à sa condition de salariée, reste résolue à changer de vie. Pour effacer son passé compromettant, elle choisit un nom de plume. Celui-ci fait « référence au quartier « des pentes » de la Croix-Rousse, à Lyon », où elle a vécu sa vie de prostituée occasionnelle. Elle adresse son livre à dix personnes choisies.

Au cours d'une intimité de trois jours dans une chambre d'hôtel de Belleville, elle le présente à une de ses idoles, Patrick Eudeline. La chronique qu'en tire le rocker, incrédule, choqué et fasciné, parvient à Thierry Ardisson, qui en fait la promotion dans sa nouvelle émission Paris Dernière diffusée sur la chaîne du câble Paris Première. Les ventes montent à quarante mille exemplaires. À sa suite, le journaliste Laurent Chalumeau fait de même dans l'émission Nulle part ailleurs de Canal+, première chaine de télévision française à diffuser régulièrement des films pornographiques. Baise-moi devient un « phénomène branché du samedi soir ». Les ventes passeront à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires.


Notoriété fulgurante (1996-1999)
Au succès et à une critique gênée, qui tantôt en fait « une victime des bas-fonds que la réussite va sauver de la drogue et de la prostitution », tantôt jette un voile pudique sur son passé, Virginie Despentes, provocatrice, répond sans fard, « avec autant de plaisir que j’avais eu à le faire », qu'elle a été pute.

En 1996, Florent Massot publie son deuxième roman. Les Chiennes savantes est, sous la forme d'un roman policier, un portrait noir d'une certaine condition féminine de la France postmoderne, antithèse des « femmes savantes ». Quand la faillite de Florent Massot engloutit la fortune accumulée par Baise moi, elle est approchée par les éditions Grasset.

Elle y publie, en 1998, son troisième roman. Les Jolies Choses, « remake grunge des Illusions perdues » écrit « en trois-quatre jours sous coke » reçoit le prix de Flore 1998 et le prix littéraire Saint-Valentin 1999. Son adaptation cinématographique réalisée par Gilles Paquet-Brenner, Marion Cotillard et Stomy Bugsy jouant les rôles principaux, recevra en 2001 le prix Michel-d'Ornano lors du festival de Deauville.

En 1999, Librio publie Mordre au travers, un recueil de nouvelles subversives, pour la plupart inédites. La quatrième de couverture avertit que l'« ouvrage contient des passages susceptibles de heurter la sensibilité de certains lecteurs ». En 1997, Despentes avait déjà publié une nouvelle, « C'est dehors, c'est la nuit », dans un recueil collectif, Dix, édité sous la direction du magazine Les Inrockuptibles.

À l'âge de 30 ans, elle arrête de boire.


Le scandale (2000)
Virginie Despentes porte depuis des années le projet de faire de son roman Baise-moi un film. Elle envisage initialement de réaliser un film sans scènes de sexe, mais en confiant les rôles principaux à des hardeuses.

Son projet, jugé très édulcoré, ne convainc initialement pas les producteurs mais elle finit par obtenir l'accord de Philippe Godeau, fondateur de la société Pan-Européenne formé chez Gaumont, en lui proposant un film tourné caméra à l'épaule, comme dans les films pornographiques, où les scènes de sexe du roman ne seront pas autocensurées ni simulées. Pour l'aider dans la réalisation, l'ancienne élève de l'école cinématographique de Lyon fait appel à Coralie Trinh Thi, actrice pornographique de vingt-cinq ans qui a reçu le Hot d'or 1996 et a la singularité d'« oser prendre son pied sur un tournage et oser le dire ». Les rôles principaux sont confiés à Karen Lancaume et Raffaëla Anderson.

Le film sort dans soixante salles françaises en juillet 2000. La critique cinématographique est scandalisée par l'outrance du propos, lequel paraissait acceptable tant qu'il n'était pas mis en images. Les associations féministes, les milieux catholiques conservateurs, les militants d'extrême droite, relayés par une tribune du Nouvel Observateur intitulée « Sexe, violence, le droit d’interdire », obtiennent après trois jours d'exploitation l'interdiction immédiate.

Par une interprétation ad hoc, qui reconnaît aux auteurs du film leur intention de dénoncer la violence subie par les femmes mais constate la lecture pornographique qui en est faite par le spectateur, le Conseil d’État annule le visa d'exploitation. Cette « jurisprudence Baise-moi » rétablit la censure pour les « moins de dix huit ans », restée inutilisée depuis 1981, quand les films pornographiques n'ont plus été interdits qu'au moins de seize ans, soit un an de plus que l'âge de la majorité sexuelle. L'arrêt soulève une ample polémique mais restera en vigueur et sera utilisé quinze fois.


Polygraphe de la modernité (2001-2005)
Écrivaine désormais reconnue, Virginie Despentes veut s'évader du rôle caricatural de provocatrice dans lequel le scandale l'a enfermée. Deux ans passés, elle en prend le contre pied en donnant un quatrième roman, Teen Spirit. Elle y aborde les thèmes optimistes de la réussite sociale, tels que la paternité. La même année, elle publie en collaboration avec Nora Hamdi, au Diable Vauvert, un roman graphique, Trois étoiles, sorte de manga sur la violence physique et sociale faite aux femmes.

Pour ce même éditeur, elle traduit deux textes anglais : Plastic Jesus de Poppy Z. Brite et Mort aux Ramones (Poison Heart: Surviving the Ramones), autobiographie de Dee Dee Ramone, un ancien membre du groupe Ramones. Le groupe de rock Placebo la sollicite en 2003 pour traduire en français un titre de leur album Sleeping with Ghosts : Protect Me from What I Want, qui devient Protège-moi.

En 2004, elle participe au deuxième numéro intitulé « Toujours aussi pute » de la revue Bordel que publie Flammarion. Elle rédige pour le magazine Rock & Folk une biographie de Lemmy Kilmister, musicien du groupe Motörhead, et publie Bye Bye Blondie, roman de l'aliénation, de la douleur qu'est l'exclusion sociale, du renoncement de soi que suppose la réussite sociale. De 2004 à 2005, Virginie Despentes tient un blog sur lequel elle poste chaque jour un billet d'humeur. Le blog est piraté en 2005, ce qui entraîne sa fermeture.


Après avoir vécu avec le journaliste Philippe Manœuvre, rédacteur en chef de Rock & Folk, Virginie Despentes est, comme elle le déclarera en forme de coming out, « devenue lesbienne à 35 ans ». Elle devient la compagne du philosophe Paul B. Preciado (Beatriz Preciado avant son changement d'état civil), théoricien et adepte de la déconstruction du sexe. Elle expliquera à propos de leur relation, qui durera dix ans, jusqu'en 2014, et de son propre changement d'orientation sexuelle : « Ma vision de l'amour n'a pas changé, mais ma vision du monde, oui. C'est super agréable d'être lesbienne. Je me sens moins concernée par la féminité, par l'approbation des hommes, par tous ces trucs qu'on s'impose pour eux. Et je me sens aussi moins préoccupée par mon âge : c'est plus dur de vieillir quand on est hétéro. La séduction existe entre filles, mais elle est plus cool, on n'est pas déchue à 40 ans. »

En 2005, elle rédige trois titres pour l'album Va chercher la police du groupe A.S. Dragon, ainsi que deux préfaces, l'une pour Roland Cros et son ouvrage sur le groupe Bérurier Noir et l'autre pour J'assume de Nina Roberts, actrice pornographique. En 2006, elle réalise le clip de la chanson Mauvaise étoile pour Patrick Eudeline.

Cette même année 2006 parait King Kong Théorie, livre par lequel elle aborde le genre proprement autobiographique, mais sous la forme d'un essai. L'œuvre est présentée comme un « manifeste pour un nouveau féminisme ». Le magazine féministe belge Axelle organise auprès des lecteurs une collecte de leurs réactions.


Vedette dérangeante (depuis 2006)
Après un silence relatif de trois années passées dans l'anonymat à Barcelone auprès de Beatriz Preciado, Virginie Despentes prend un appartement en lisière du parc des Buttes-Chaumont et revient au premier plan de la scène littéraire française en produisant une suite d'œuvres qui, à travers la peinture d'un « malaise de la société », ne cessent de déranger.

En 2009, elle réalise son premier documentaire, Mutantes (Féminisme Porno Punk), diffusé sur Pink TV et édité l'année suivante en DVD chez Blaq Out. Elle écrit également une nouvelle sur l'érotisme féminin pour le magazine Psychologies.

2010 marque son retour au roman : elle publie Apocalypse Bébé, toujours chez Grasset. Le roman reçoit le prix Trop Virilo le 2 novembre 2010 et le prix Renaudot le 8 novembre 2010. Le Diable Vauvert édite aussi une nouvelle traduction établie par Virginie Despentes : Déséquilibres synthétiques de l'anglais Will Work for Drugs de Lydia Lunch. La même année, Cécile Backès et Salima Boutebal proposent une adaptation théâtrale de King Kong Théorie, durant le « Off » du Festival d'Avignon.

Elle réalise l'adaptation cinématographique de Bye Bye Blondie avec Béatrice Dalle et Emmanuelle Béart, qui sort en mars 2012.

En 2015, Virginie Despentes entame la publication de la série Vernon Subutex, composée de trois volumes qui paraissent en janvier 2015 (Vernon Subutex, 1), juin 2015 (Vernon Subutex, 2) et mai 2017 (Vernon Subutex, 3).

Le 5 juin 2015, elle devient membre du jury du prix Femina et, le 5 janvier 2016, est élue à l'académie Goncourt.

Le 30 novembre 2015, elle est parmi les signataires de l'Appel des 58 : « Nous manifesterons pendant l'état d'urgence ».

Usually with

Titoff
Titoff
(2 films)
Stomy Bugsy
Stomy Bugsy
(2 films)
Clara Ponsot
Clara Ponsot
(1 films)
Alban Lenoir
Alban Lenoir
(1 films)
Source : Wikidata

Filmography of Virginie Despentes (4 films)

Display filmography as list

Director

Bye Bye Blondie, 1h37
Directed by Virginie Despentes
Origin France
Genres Drama, Comedy, Comedy-drama, Romance
Themes Films about sexuality, LGBT-related films, LGBT-related film, Lesbian-related films
Actors Emmanuelle Béart, Béatrice Dalle, SoKo, Pascal Greggory, Clara Ponsot, Stomy Bugsy
Rating51% 2.5854352.5854352.5854352.5854352.585435
Nancy, dans les années 1980. Gloria (Soko) est une ado rebelle dans une famille très stricte. Alors qu'elle se fait donner des leçons par ses parents (Nadège Prugnard et Fantazio), elle pique une crise de nerfs et elle est internée à l'hôpital psychiatrique Jeanne d'Arc de Dommartin-lès-Toul. Le psychiatre (Jean-Yves Ruf) lui reproche sa façon de s'enlaidir avec son look punk, sa façon de « se mettre en danger » et lui pose des questions intimes sur sa sexualité, auxquelles Gloria refuse de répondre. Gloria a du mal à supporter sa privation de liberté, mais sa rencontre avec Frances (Clara Ponsot), prétendument internée pour amnésie, lui donne plus de courage. Frances, très sûre d'elle et apparemment contente d'être là, commence à flirter avec elle. À sa sortie, Frances envoie plusieurs lettres d'amour enflammées à Gloria, alors que cette dernière ne lui envoie qu'une seule lettre de rupture. Quand Gloria sort finalement de l'hôpital, elle réintègre sa bande de punks et revoit Frances qui fait partie de la bande adverse de skins. Les deux tombent pourtant amoureuses l'une de l'autre et Frances suit la bande de Gloria pour quelque temps, même si elle ne s'y sent pas à l'aise. Frances finit par la quitter et Gloria part zoner seule dans la ville par dépit.
Mutantes (Féminisme Porno Punk), 1h30
Directed by Virginie Despentes
Origin France
Genres Documentary
Themes Feminist films, Politique, Films about sexuality, Erotic films, LGBT-related films, Films about prostitution, Documentaire sur l'homosexualité, Documentary films about prostitution, Political films, Erotic thriller films, LGBT-related films, LGBT-related film
Actors Catherine Breillat, Annie Sprinkle

Une série d'entretiens internationaux (États-Unis, France, Espagne) avec des intellectuels, écrivains, théoriciens, militants queer sur le féminisme pro-sexe et la postpornographie. L'ensemble des propos est illustré par des images d'archives centrées sur l'action politique des « travailleuses du sexe » et par la captation de performances artistiques.
Baise-moi
Baise-moi (2000)
, 1h17
Directed by Virginie Despentes, Coralie Trinh Thi
Origin France
Genres Drama, Thriller, Crime, Romance, Pornographic
Themes Feminist films, Medical-themed films, Films about drugs, Films about sexuality, Transport films, Rape in fiction, Erotic films, LGBT-related films, Films about prostitution, Films about automobiles, Rape and revenge films, Political films, Road movies, Erotic thriller films, Buddy films, LGBT-related film, Lesbian-related films
Actors Karen Lancaume, Raffaëla Anderson, Adama Niane, HPG, Marc Barrow, Titoff
Rating45% 2.250092.250092.250092.250092.25009
Baise-moi tells the story of Nadine and Manu who go on a violent spree against a society in which they feel marginalized. Nadine is a part-time sex worker, and Manu is a slacker who does anything—including occasional porn film acting—to get by in her small town in southern France.

Scriptwriter

Bye Bye Blondie, 1h37
Directed by Virginie Despentes
Origin France
Genres Drama, Comedy, Comedy-drama, Romance
Themes Films about sexuality, LGBT-related films, LGBT-related film, Lesbian-related films
Actors Emmanuelle Béart, Béatrice Dalle, SoKo, Pascal Greggory, Clara Ponsot, Stomy Bugsy
Roles Writer
Rating51% 2.5854352.5854352.5854352.5854352.585435
Nancy, dans les années 1980. Gloria (Soko) est une ado rebelle dans une famille très stricte. Alors qu'elle se fait donner des leçons par ses parents (Nadège Prugnard et Fantazio), elle pique une crise de nerfs et elle est internée à l'hôpital psychiatrique Jeanne d'Arc de Dommartin-lès-Toul. Le psychiatre (Jean-Yves Ruf) lui reproche sa façon de s'enlaidir avec son look punk, sa façon de « se mettre en danger » et lui pose des questions intimes sur sa sexualité, auxquelles Gloria refuse de répondre. Gloria a du mal à supporter sa privation de liberté, mais sa rencontre avec Frances (Clara Ponsot), prétendument internée pour amnésie, lui donne plus de courage. Frances, très sûre d'elle et apparemment contente d'être là, commence à flirter avec elle. À sa sortie, Frances envoie plusieurs lettres d'amour enflammées à Gloria, alors que cette dernière ne lui envoie qu'une seule lettre de rupture. Quand Gloria sort finalement de l'hôpital, elle réintègre sa bande de punks et revoit Frances qui fait partie de la bande adverse de skins. Les deux tombent pourtant amoureuses l'une de l'autre et Frances suit la bande de Gloria pour quelque temps, même si elle ne s'y sent pas à l'aise. Frances finit par la quitter et Gloria part zoner seule dans la ville par dépit.
Pretty Things, 1h45
Directed by Gilles Paquet-Brenner
Origin France
Genres Drama
Themes Jumeaux ou jumelles
Actors Stomy Bugsy, Patrick Bruel, Titoff, Ophélie Winter, Tony Amoni, Olivier Granier
Rating58% 2.9441652.9441652.9441652.9441652.944165
Paris. Débarquée de province avec la ferme intention de se faire une place au soleil du show-biz, l'aguicheuse Lucie n'hésite pas à user de ses charmes pour arriver à ses fins. Elle se lie bientôt d'amitié avec Nicolas, compositeur. Mais sa voix n'est pas à la hauteur de ses ambitions. Et quand la possibilité d'enregistrer un disque se présente, elle fait appel au talent de chanteuse de sa sœur jumelle, Marie, avec laquelle elle est pourtant en froid depuis longtemps. Un soir, après l'avoir remplacée sur scène, Marie retrouve sa sœur morte, défenestrée. Instinctivement, elle endosse l'identité de la défunte, dont la personnalité était pourtant si éloignée de la sienne…
Baise-moi
Baise-moi (2000)
, 1h17
Directed by Virginie Despentes, Coralie Trinh Thi
Origin France
Genres Drama, Thriller, Crime, Romance, Pornographic
Themes Feminist films, Medical-themed films, Films about drugs, Films about sexuality, Transport films, Rape in fiction, Erotic films, LGBT-related films, Films about prostitution, Films about automobiles, Rape and revenge films, Political films, Road movies, Erotic thriller films, Buddy films, LGBT-related film, Lesbian-related films
Actors Karen Lancaume, Raffaëla Anderson, Adama Niane, HPG, Marc Barrow, Titoff
Roles Novel
Rating45% 2.250092.250092.250092.250092.25009
Baise-moi tells the story of Nadine and Manu who go on a violent spree against a society in which they feel marginalized. Nadine is a part-time sex worker, and Manu is a slacker who does anything—including occasional porn film acting—to get by in her small town in southern France.