Search a film or person :
FacebookConnectionRegistration
Bette Davis is a Actor and Producer American born on 5 april 1908 at Lowell (USA)

Bette Davis

Bette Davis
If you like this person, let us know!
Birth name Ruth Elizabeth Davis
Nationality USA
Birth 5 april 1908 at Lowell (USA)
Death 6 october 1989 (at 81 years) at Neuilly-sur-Seine (France)
Awards Academy Award, Emmy Award, Academy Award for Best Actress, Laurel Awards, New York Film Critics Circle Awards, Saturn Award, Volpi Cup, Saturn Award for Best Supporting Actress

Ruth Elizabeth "Bette" Davis (April 5, 1908 – October 6, 1989) was an American actress of film, television and theater. Regarded as one of the greatest actresses in Hollywood history, she was noted for her willingness to play unsympathetic, sardonic characters and was reputed for her performances in a range of film genres, from contemporary crime melodramas to historical and period films and occasional comedies, although her greatest successes were her roles in romantic dramas.

After appearing in Broadway plays, Davis moved to Hollywood in 1930, but her early films for Universal Studios (and as loanout to other studios) were unsuccessful. She joined Warner Bros. in 1932 and established her career with several critically acclaimed performances. In 1937 she attempted to free herself from her contract and although she lost a well-publicized legal case, it marked the beginning of the most successful period of her career. Until the late 1940s, she was one of American cinema's most celebrated leading ladies, known for her forceful and intense style. Davis gained a reputation as a perfectionist who could be highly combative, and confrontations with studio executives, film directors and costars were often reported. Her forthright manner, clipped vocal style and ubiquitous cigarette contributed to a public persona which has often been imitated and parodied.

Davis was the co-founder of the Hollywood Canteen, and was the first female president of the Academy of Motion Picture Arts and Sciences. She won the Academy Award for Best Actress twice, was the first person to accrue 10 Academy Award nominations for acting, and was the first woman to receive a Lifetime Achievement Award from the American Film Institute. Her career went through several periods of eclipse, and she admitted that her success had often been at the expense of her personal relationships. Married four times, she was once widowed and thrice divorced, and raised her children as a single parent. Her final years were marred by a long period of ill health, but she continued acting until shortly before her death from breast cancer, with more than 100 films, television and theater roles to her credit.
In 1999 Davis was placed second on the American Film Institute's list of the greatest female stars of classic Hollywood cinema.

Biography

Enfance
Ruth Elizabeth Davis grandit dans la banlieue de Boston, élevée avec sa sœur Barbara par leur mère, Ruth, photographe, qui se séparera de son mari en 1915. On dit que les deux prénoms de Ruth Elizabeth Davis ont été remplacés par celui de Bette, en référence au roman La cousine Bette de Balzac. Après le départ de leur père, avocat, la vie des Davis oscille entre le Massachusetts, le New Jersey et New York.


Débuts artistiques

Bette fait ses débuts sur les planches dans le personnage d’une fée dans Le songe d'une nuit d'été pendant ses études à la Cushing Academy d’Ashburnham (Massachusetts). Elle prend ensuite des cours de danse avec Martha Graham et suit pendant trois ans les cours de la John Murray Anderson’s Acting Dramatic School de New York.

En 1928, elle fait partie d’une troupe théâtrale dirigée par George Cukor et, sous sa mise en scène, joue Broadway à Rochester. Suivront d’autres pièces avec Cukor, avant le succès de The Earth Between à New York, en 1929, puis le début officiel à Broadway dans Broken Dishes.



Remarquée au théâtre par un dénicheur de talents d’Universal Pictures, elle tourne son premier film, The Bad Sister, en 1931. Carl Laemmle, directeur d'Universal, s’écria en voyant ce film : « Comment peut-on tourner un film dans lequel un homme en voit de toutes les couleurs et le terminer en cadrant sur un tel visage ? ». Bette ne tournera plus que deux films pour Universal qui ne renouvelle pas son contrat.

Après quelques rôles insignifiants avec d’autres studios, RKO, Columbia…, elle décide de rentrer à New York pour revenir au théâtre. C’est alors qu’elle reçoit un coup de téléphone de George Arliss, grand acteur populaire de la Warner, qui lui propose un premier rôle auprès de lui dans L'Homme qui jouait à être Dieu (1932). Arliss écrira dans son autobiographie : « Je ne m’attendais qu’à une modeste prestation, mais ce petit rôle se transforma en une création vivante, profonde…, comme une lueur illuminant un texte banal et lui communiquant émotion et passion. C’était un talent qui ne pouvait rester longtemps dans l’ombre ». En 1932, elle épouse Harmon O. Nelson, jazzman rencontré lors de ses études, dont elle divorcera six ans plus tard.


La reine de la Warner
À la suite de ce film, les frères Warner, de la Warner Bros., lui font signer un contrat de sept ans. Une période qui durera 16 ans et où l’actrice devra lutter quotidiennement pour obtenir de bons rôles dans une firme spécialisée dans les films de gangsters et qui privilégie essentiellement les personnages masculins.



Pourtant, Bette Davis n’arrête plus de tourner, on la voit dans vingt-cinq films en quatre ans, notamment avec Spencer Tracy dans Vingt mille ans sous les verrous (1933) et avec James Cagney dans Jimmy the Gent (1935), deux films de Michael Curtiz. En 1934, Bette Davis harcèle, pendant des mois, Jack Warner, un des patrons de la Warner, pour obtenir le rôle de Mildred Rogers dans L'Emprise. Il finit par céder et la « prête » à la RKO. Elle racontera : « Mes employeurs considéraient que le fait de me confier le rôle d'une héroïne aussi détestable équivaudrait à un suicide artistique… Ils m'identifiaient, je suppose, au personnage, et retenaient que nous étions bien dignes l'une de l'autre ». Bette obtint un grand succès critique mais le film fut un échec commercial.



Elle fait ensuite une autre composition remarquée de garce dans Ville frontière (1935), avant d’être consacrée dans L'Intruse (1936) pour lequel elle décroche son premier Oscar de la meilleure actrice. Les frères Warner lui refusent pourtant deux rôles auxquels elle tenait : la reine Élisabeth I aux côtés de Katharine Hepburn dans Mary Stuart et Alice dans Alice au pays des merveilles. Mais ils lui confient un bon personnage dans La Forêt pétrifiée pour ensuite la reléguer dans deux films médiocres.

Commenceront alors les conflits avec ses producteurs. Insatisfaite de ses scénarios et après avoir refusé de tourner un film, Bette claque la porte de la Warner et quitte Hollywood pour Londres où on lui propose deux films. Un procès s’engage alors entre elle et la Warner. Elle le perd mais Jack Warner, magnanime, lui pardonne et paie les frais du procès. Olivia de Havilland aura plus de succès, elle aussi intentera un procès en 1943 contre la Warner et, le gagnera en 1945. Mais Bette Davis n’est pas complètement perdante car, malgré cette action en justice, la Warner lui confiera des scénarios de meilleure qualité.

Son retour à Hollywood se fera dans l’excellent film Femmes marquées (1937) aux côtés d’Humphrey Bogart qui lui permet de prouver à nouveau ses qualités dramatiques. Elle entame ainsi un nouveau départ à la Warner qui lui propose une série de films dont les scénarios sont écrits tout spécialement pour elle. Suivront Le Dernier combat avec Edward G. Robinson et Humphrey Bogart, Une certaine femme avec Henry Fonda, L'Aventure de minuit avec Leslie Howard et Olivia de Havilland.

Après lui avoir soumis le rôle de Scarlett O'Hara d’Autant en emporte le vent, elle le refuse, ne voulant pas se retrouver aux côtés d’Errol Flynn (condition de la Warner pour « prêter » Bette Davis à David O. Selznick) qu’elle juge trop médiocre pour le rôle de Rhett Butler.



Jack Warner lui propose alors L'Insoumise (1938), film qui ressemble étrangement à Autant en emporte le vent. Avec un personnage taillé sur mesure, la star va faire une composition des plus remarquables dans ce somptueux mélodrame dirigé de façon magistrale par le perfectionniste William Wyler. Le film connaît un énorme succès. Elle reçoit un deuxième Oscar et là commence la grande carrière de Bette Davis. Une longue série de nominations aux Oscars va également se succéder.

La suite est des plus glorieuses, vient l’ère des grands mélodrames où l’actrice va donner le meilleur d’elle-même. Le ton est donné avec le bouleversant drame Victoire sur la nuit (1939), elle est nommée pour la troisième fois aux Oscars. Viennent ensuite deux films historiques en 1939, Juarez et La Vie privée d'Élisabeth d'Angleterre, et d’autres mélos comme La Vieille Fille (1939), L'Étrangère (1940), Le Grand Mensonge (1941) qui lui donnent la place enviée de l’une des dix vedettes d’Hollywood en tête du box-office…

Le sommet de cette période est sa collaboration avec William Wyler qui sera des plus réussies. Après L'Insoumise, elle s’illustre dans les rôles de garces : dans La Lettre (1940), elle incarne une meurtrière et dans La Vipère (1941) elle interprète une femme monstrueuse, cupide et manipulatrice (elle aura une nomination aux Oscars pour chacun de ces deux films), ce qui la consacre actrice populaire et reine de la Warner. Malheureusement des conflits éclatent entre le réalisateur et l’actrice et William Wyler, malgré ces chefs-d’œuvre tournés ensemble, ne tournera plus avec Bette Davis.



Un film parachèvera cette période, modèle du genre, Une femme cherche son destin (1942) qui lui vaudra sa sixième nomination. Elle aura encore une septième nomination pour Femme aimée est toujours jolie (1944). En 1942, elle fonde et dirige Hollywood Canteen, un organisme d’aide aux combattants de la seconde guerre mondiale et paraîtra dans le film du même nom.

Elle crée également sa propre maison de production la « B.D. Incorpored » en 1946. La Voleuse (A Stolen Life) avec Glenn Ford est le seul film produit par la firme de Bette Davis.

Après quelques films mineurs, Bette Davis tourne son dernier film à la Warner La Garce (1949) de King Vidor. Le tournage se passe mal avec le réalisateur, au point qu’elle demande un compromis à Jack Warner : elle finira le film à condition qu’il la libère de son contrat avec la Warner Bros. Lassé de ses exigences, le patron de la Warner finit par accepter.


Le renouveau

Libérée de toute contrainte, la star se remet au travail et pendant le tournage de L’Ambitieuse en 1949 (film qui sortira bien après), on lui propose le rôle magnifique de Margo Channing dans Ève (1950) de Joseph L. Mankiewicz. Sur un scénario cynique et subtil reconstituant l'univers des théâtres et la concurrence effrénée entre les artistes, le film est un chef-d'œuvre porté par des dialogues caustiques et savoureux, la justesse de ses notations psychologiques, la remarquable interprétation de tous ses acteurs (d'ailleurs 5 des 14 nominations du film aux Oscars iront à ses interprètes) et l'élégante mise en scène d'un cinéaste en état de grâce, véritable cheville ouvrière du projet. Ève est sans doute le plus parfait des films de Bette Davis qui y donne une prestation inoubliable unanimement saluée par la critique et couronnée par une pluie de récompenses dont le Prix d'interprétation féminine à Cannes.

Après son immense succès en salles, Ève reçoit quatorze nominations aux Oscars en 1950. Il remporte six statuettes dont celles du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur scénario. Pour sa huitième nomination, Bette Davis est en compétition avec sa partenaire à l'écran Anne Baxter. Mais toutes deux sont battues par Judy Holliday pour son interprétation dans Born yesterday.

Après un tel sommet, la carrière de Bette s’effrite au fil des ans et, hormis La Star, film pour lequel elle aura une neuvième nomination, il lui faut attendre les années soixante pour connaître un renouveau.

Entre-temps elle a épousé, en 1940, Arthur Farnsworth, qui meurt en 1943, et William Grant Sherry en 1945 (naissance de son premier enfant Barbara en 1947, et divorce en 1949), elle se remarie en 1950, une quatrième et dernière fois, avec son partenaire d’Ève, Gary Merrill, avec qui elle adopte deux enfants : Margot en 1952 et Michael en 1953. Elle divorce en 1960.

En 1961, deux films viennent redorer son blason. Frank Capra, tout d’abord, lui offre Milliardaire pour un jour où elle est drôle, émouvante, grandiose en vieille clocharde au temps de la prohibition, et surtout Qu'est-il arrivé à Baby Jane ? de Robert Aldrich où elle compose, aux côtés d’un autre monstre sacré de la grande époque Joan Crawford, un personnage grand-guignolesque qui lui vaut un immense succès dans le monde entier, bien que leur rivalité ait viré à l'affrontement lors du tournage. Elle est nommée une dixième et dernière fois aux Oscars, et a le déplaisir de voir Crawford aller chercher la récompense prévue en lieu et place de la lauréate, Anne Bancroft, alors absente.



« Mère de trois enfants âgés de 10, 11 et 15 ans, divorcée, de nationalité américaine, 30 ans d’expérience dans le domaine cinématographique, encore alerte et plus aimable que ne le prétend la rumeur publique, cherche emploi stable à Hollywood. Connaît Broadway. Bette Davis. Références à l’appui. » C’est cette annonce que l’actrice fait paraître, par manque de travail, dans un hebdomadaire en septembre 1962. À la suite de ce message, Jack Warner la contacte pour tourner La mort frappe trois fois (1964) avec son ami Paul Henreid, qui fut un de ses partenaires à l’écran, comme réalisateur. Elle fera un deuxième film avec Aldrich, Chut... chut, chère Charlotte (1964), dans la même veine que le précédent mais sans Joan Crawford qui déclare forfait et sera remplacée sur les conseils de Bette Davis, par son amie et complice de toujours, Olivia de Havilland. Elle sera encore admirable dans L'Argent de la vieille (1972) de Luigi Comencini et dans Les Baleines du mois d'août (1987) aux côtés d’une gloire du muet, Lillian Gish.

La fin de sa carrière est moins brillante. Elle tourne dans beaucoup de films mineurs, mais fait de nombreuses incursions au théâtre et à la télévision.

Au début des années 1970, elle quitte les États-Unis, et s'installe en France à Neuilly-sur-Seine, non loin du domicile de sa grande amie, Olivia de Havilland. Elle retournera périodiquement aux États-Unis, à l'occasion de divers projets au cinéma, à la télévision, et même au théâtre.


Mort
Bette Davis meurt d'un cancer du sein le 6 octobre 1989 à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine, à l'âge de 81 ans. Elle repose au cimetière du Forest Lawn Memorial Park à Hollywood Hills (Los Angeles) en Californie.






Tombe de Bette Davis au cimetière du Forest Lawn Memorial Park à Hollywood Hills (Los Angeles).




Best films

Death on the Nile (1978)
(Actress)
What Ever Happened to Baby Jane? (1962)
(Actress)
All About Eve (1950)
(Actress)
The Great Lie (1941)
(Actress)
Dark Victory (1939)
(Actress)
Jezebel (1938)
(Actress)

Usually with

Orry-Kelly
Orry-Kelly
(43 films)
Jack Warner
Jack Warner
(27 films)
Hal B. Wallis
Hal B. Wallis
(25 films)
Max Steiner
Max Steiner
(22 films)
Perc Westmore
Perc Westmore
(20 films)
Source : Wikidata

Filmography of Bette Davis (109 films)

Display filmography as list

Actress

P.S. I Love You, 2h6
Directed by Richard LaGravenese
Origin USA
Genres Drama, Romance
Actors Hilary Swank, Gerard Butler, Lisa Kudrow, Gina Gershon, James Marsters, Jeffrey Dean Morgan
Rating70% 3.5004853.5004853.5004853.5004853.500485
Holly and Gerry are a married couple who live on the Lower East Side of Manhattan. They are deeply in love, but they fight occasionally. By winter that year, Gerry suddenly dies of a brain tumor and Holly realizes how much he means to her as well as how insignificant their arguments were.
Wicked Stepmother, 1h30
Directed by Larry Cohen
Origin USA
Genres Drama, Science fiction, Comedy, Fantasy, Horror
Themes Films about magic and magicians, Witches in film
Actors Bette Davis, Barbara Carrera, Colleen Camp, Lionel Stander, David Rasche, Tom Bosley
Roles Miranda Pierpoint
Rating43% 2.1613952.1613952.1613952.1613952.161395
The original plot cast Davis as the title character, a chain smoking witch named Miranda, who has married Sam while his vegetarian daughter Jenny and son-in-law Steve are on vacation. They return to find their new stepmother has filled their refrigerator with meat and played havoc with their collection of herbs. To explain Davis' absence, the script was rewritten to introduce Miranda's daughter Priscilla, who takes on a human form while her mother's spirit inhabits the body of a cat. Priscilla then sets out to get Jenny who has figured out that there is something going on. She accuses her of messing up the kitchen while Jenny's on a bike ride. Priscilla ends up sleeping with Jenny's husband. The entire time she refuses to switch bodies with Miranda. Jenny then figures out that they're witches and tries to stop them from ruining her family.
The Whales of August, 1h30
Directed by Lindsay Anderson
Origin USA
Genres Drama, Comedy-drama
Themes Théâtre, Films based on plays
Actors Bette Davis, Lillian Gish, Vincent Price, Ann Sothern, Mary Steenburgen, Harry Carey, Jr.
Roles Libby Strong
Rating72% 3.6488453.6488453.6488453.6488453.648845
The Whales of August tells the story of two elderly widowed sisters near the end of their lives, spending a summer in a seaside house in Maine. The surroundings cause them to recall their relationship as young women, and the summers they had enjoyed there in the past. They reflect on the passage of time, and the bitterness, jealousies and misunderstandings that slowly festered over the years and kept them from establishing a true closeness in their relationship.
Murder with Mirrors, 1h40
Directed by Dick Lowry
Origin USA
Genres Thriller, Crime
Actors Helen Hayes, Bette Davis, John Mills, Leo McKern, Dorothy Tutin, Anton Rodgers
Roles Carrie Louise Serrocold
Rating67% 3.396983.396983.396983.396983.39698
Miss Marple (Helen Hayes) is reunited with her old American friend Carrie Louise Serrocold (Bette Davis) from their days touring Italy as young ladies. Miss Marple is called on to investigate possible causes of Carrie Louise's deteriorating health. However, as Miss Marple keeps her friend company, her attention is soon diverted as she stumbles over a dead body. A murderer is at large in a house of suspects (Brocket Hall), and a race against time begins.
Terror in the Aisles, 1h24
Origin USA
Genres Thriller, Fantastic, Documentary, Anthology film, Horror
Themes Films about films, Documentary films about business, Documentary films about the film industry, Documentary films about films
Actors Donald Pleasence, Nancy Allen, Bud Abbott, Michael Ironside, Fred Asparagus, Brooke Adams
Rating63% 3.1993753.1993753.1993753.1993753.199375
Director Andrew J. Kuehn has excerpted brief segments of terror and suspense in a wide variety of suspenseful (including humorously so, ex. Abbott & Costello Meet Frankenstein, Saturday the 14th) films and strung them together with added commentary, as well as some enacted narrative, to create a compilation of fright-inducing effects. Halloween actor Donald Pleasence and Dressed to Kill star Nancy Allen provide the commentary on topics such as "sex and terror" (Dressed to Kill, Klute, Ms. 45, The Seduction, When a Stranger Calls), loathsome villains (Dracula, Frankenstein, Friday the 13 1 and/or 2, Halloween I and II, Marathon Man, Nighthawks, The Texas Chain Saw Massacre, Touch of Evil, Vice Squad, Wait Until Dark, What Ever Happened to Baby Jane?), "natural terror" (Alligator, The Birds, Frogs, Jaws 1 and 2, Nightwing) and the occult (An American Werewolf in London, Rosemary's Baby, The Exorcist, The Omen, Carrie, The Shining). In one segment of the anthology, legendary filmmaker Alfred Hitchcock presents his concepts of how to create suspense in a clip from Alfred Hitchcock: Men Who Made The Movies.
Dead Men Don't Wear Plaid, 1h28
Directed by Carl Reiner
Origin USA
Genres Thriller, Comedy, Comedy thriller, Action, Crime, Romance
Actors Steve Martin, Rachel Ward, Carl Reiner, Alan Ladd, Reni Santoni, Barbara Stanwyck
Roles (in "Deception") (archive footage)
Rating68% 3.44883.44883.44883.44883.4488
In the opening scene, John Hay Forrest (George Gaynes), noted scientist and cheesemaker, dies in a single-vehicle car accident (represented by the car wreck scene from Keeper of the Flame). In the next scene, private investigator Rigby Reardon (Steve Martin) is reading a newspaper when Forrest's daughter, Juliet (Rachel Ward), enters his office and faints when the paper's headline reminds her of her father's death. Upon coming to, she hires Rigby to investigate the death, which she thinks was murder. In Dr. Forrest's lab, Rigby finds two lists, one titled "Friends of Carlotta" and the other "Enemies of Carlotta", as well as an affectionately autographed photo of singer Kitty Collins, whose name appears on one of the lists. His search is interrupted by a man posing as an exterminator (Alan Ladd, in This Gun for Hire), who shoots Rigby in the arm and frisks the lists from the seemingly dead investigator.
A Piano for Mrs. Cimino, 1h40
Directed by George Schaefer
Origin USA
Genres Drama
Actors Bette Davis, Keenan Wynn, Alexa Kenin, George Hearn, Antony Holland, Penny Fuller
Roles Esther McDonald Cimino
Rating86% 4.323364.323364.323364.323364.32336
The story focuses on Esther Cimino, an aging piano teacher who is misdiagnosed as having dementia shortly after her husband passes away. Her son George has her declared incompetent and puts her affairs in the hands of a questionable trustee. Her granddaughter Karen places the woman in a convalescent home overseen by a caring director, and under his patient care Mrs. Cimino blossoms, only to learn her business, home, and all her possessions, including her beloved piano, were sold during her confinement.
The Watcher in the Woods, 1h23
Directed by Vincent McEveety, John Hough
Origin USA
Genres Science fiction, Thriller, Fantastic, Fantasy, Horror
Themes Films based on science fiction novels, Ghost films, Children's films
Actors Bette Davis, Lynn-Holly Johnson, Kyle Richards, Carroll Baker, David McCallum, Frances Cuka
Roles Mrs. Aylwood
Rating62% 3.1498753.1498753.1498753.1498753.149875
Helen and Paul Curtis (Carroll Baker and David McCallum) and their daughters Jan (Lynn-Holly Johnson) and Ellie (Kyle Richards), move into a manor. Mrs. Aylwood (Bette Davis), the owner of the residence, notices that Jan bears a striking resemblance to her daughter, Karen, who disappeared inside a chapel near the village 30 years previously.